• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Délégation de service public maritime Corse-continent : l’OTC a besoin de plus de temps

© Gilles Hostin
© Gilles Hostin

L'OTC a besoin de temps pour savoir à quelle compagnie vouer la prochaine DSP. Le résultat de l'appel d'offre devait être rendu public ce mercredi, mais il ne le sera que mardi prochain, de manière à préciser notamment l'offre de la Méridonale, désormais en concurrence avec Corsica Linea.
 

Par P.S.

L'Office des transports de la Corse se donne encore une semaine de réflexion avant d'attribuer la délégation de service public entre les ports corses et Marseille. Sept lignes sont concernées, quatre sur les ports principaux d'Ajaccio et de Bastia, trois pour les ports secondaires. La Méridionale et la Corsica Linea ont répondu séparément à l'appel d'offre, ligne par ligne. Corsica Linea possède six navires. Un septième bateau, le Vizzavona a été affrété avec option d'achat. La compagnie a anticipé l'appel d'offre. Les syndicats STC et CGT regrettent l'absence d'offre commune avec La Méridionale comme cela était le cas jusqu'ici.
Délégation de service public maritime Corse-continent : l’OTC a besoin de plus de temps
Intervenants - Frédéric Alpozzo, secrétaire général de la CGT des marins. Equipe - Dominique Moret / Jennifer Cappaï

« C’est par la mutualisation et la synergie des deux compagnies qu’il pourra y avoir un meilleur service et des meilleures économies d’échelles. Ce n’est qu’ensemble que les deux compagnies peuvent acheter des volumes de carburant important –le coût le plus important de la desserte- mais également se tourner vers la mise aux normes environnementale de la flotte des deux compagnies. En mutualisant notamment la mise aux normes, les achats de pièces détachées, parce qu’il y a des bateaux qui se ressemblent en conception », explique Frédéric Alpozzo, secrétaire général de la CGT des marins.

La Méridionale ne possède que trois bateaux. Pour candidater sur les 7 lignes, il lui faut affréter des navires. Selon nos informations, l'Office des transports demande à ce que les contrats d'affrètement soient fournis avec les garanties sur les conditions sociales des marins et les normes environnementales. Parmi les compagnies sollicitées figurent Baja Ferries, dont le patron Daniel Berrebi avait été candidat à la reprise de la Sncm en 2015. Mardi, après la décision de la commission d'appel d'offre, une phase de négociation va s'ouvrir dans un contexte d'hostilité entre les deux compagnies historiques. Dans cette procédure il y a déjà un contentieux avec Corsica Ferries. Le candidat a été écarté car une clé usb manquait au dossier. Le recours en annulation est pendant devant le conseil d'Etat.
 

Sur le même sujet

Mauvaise posture pour La Méridionale

Les + Lus

Les + Partagés