• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Subventions agricoles en Corse : une journaliste de Mediapart déclare avoir été menacée

Illustration : des chèvre en Haute-Corse. / © Collection Watier/Maxppp
Illustration : des chèvre en Haute-Corse. / © Collection Watier/Maxppp

Sur son compte Twitter, la journaliste de Mediapart Hélène Constanty déclare avoir porté plainte après la réaction du directeur de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud, Jean-Dominique Rossi, à son article sur un scandale supposé de fraude aux aides agricoles.

Par P.S. France 3 Corse ViaStella

« Réaction de Jean-Dominique Rossi, directeur de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud à mon article sur les fraudes aux aides européennes dans @Mediapart : "pour qui tu te prends, espèce de connasse ? Si je te prends, je vais te casser la bouche !" J'ai porté plainte », écrivait vendredi la journaliste Hélène Constanty sur son compte Twitter.

 


Une enquête pour fraude

La veille, sur le site de Mediapart, elle révélait que l'association Anticor avait déposé plainte contre X auprès du parquet national financier pour une fraude supposée aux aides européennes. Selon l'association, 36 millions d'euros auraient été détournés par des agriculteurs entre 2015 et 2018, "avec la complicité des autorités de contrôle" (services de l’État et chambres d'agriculture).

Dans son article, Hélène Constanty s'attarde sur le cas de la famille de Jean-Dominique Rossi, directeur de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud. Elle relate que le 14 novembre, une perquisition a eu lieu dans les quatre exploitations de la familiales : « celles de sa mère, de son épouse et de ses deux fils ». « Les enquêteurs soupçonnent Jean-Dominique Rossi d'être le véritable gérant de ces exploitations, précise-t-elle, fictivement partagées afin de maximiser les primes à la vache allaitante (dégressives à partir de cinquante vaches). »

« Il aurait en outre déclaré des centaines d'hectares sur lesquels aucun membres de la famille n’exercerait de réelle activité agricole », écrit Hélène Constanty, qui donne de nombreux détails sur les différentes exploitations familiales.

"Dans cette famille, on compte une dame de 86 ans censée être à la tête d'un cheptel de 180 bovins et de 350 hectares, qui nous a d'emblée indiqué qu'elle n'exploitait bien évidemment aucun hectare et que son fils gérait pour elle ses affaires", a déclaré Eric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio lors d'une conférence de presse commune avec la Préfète de Corse le 15 novembre.
Aides européennes : un personnel de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud soupçonné d'escroquerie
Intervenants - Jean-Dominique Rossi, Directeur de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud ; Pierre-Marie Rossi, Fils de Jean-Dominique Rossi ; Eric Bouillard, Procureur de la République d'Ajaccio. Equipe - Laura Brunet ; Stéphane Agostini ; Rosanne Morere-Cesari.

"Les fraudeurs ne sont pas la majorité mais ils pénalisent ceux qui travaillent et nuisent à l'image de la Corse", a regretté la préfète.
 

La défense de Jean-Dominique Rossi

« Ma mère, ma femme et mes fils sont de vrais agriculteurs, qui mettent en valeur des terres de montagne, se défend Jean-Dominique Rossi dans l'article de Mediapart. Ils ont profité d'aides auxquelles ils ont parfaitement droit et ont subi des contrôles réguliers qui n'ont montré aucune irrégularité. »

"Je suis à la Chambre d’agriculture, j’ai une formation de conseiller agricole. Je peux conseiller mes enfants, ma femme, ma mère comme je conseille un exploitant lambda. Mais à aucun moment, je n’ai géré les exploitations de ma famille", soutient-il au micro de France Corse ViaStella.

Sur Twitter, les associations U Levante et Anticor ont apporté leur soutien à Hélène Constanty.

Sur le même sujet

Les élections présidentielles tunisiennes vues de Corse

Les + Lus