• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

[VIDEO] L'alcoolisme au féminin, la fin d'un secret bien gardé

Alcoolisme au féminin, une femme consulte au centre de rééducation du Finosello à Ajaccio (Corse du Sud). / © FTVIASTELLA
Alcoolisme au féminin, une femme consulte au centre de rééducation du Finosello à Ajaccio (Corse du Sud). / © FTVIASTELLA

L'alcoolisme féminin est de plus en plus visible, signe qu'un tabou se brise peu à peu. Dans les centres traitant les addictions, on compte désormais autant de femmes que d'hommes. Reportage au centre de rééducation du Finosello, à Ajaccio.

Par Grégoire Bézie

Traiter l'alcoolisme, notamment féminin, de plus en plus visible aujourd'hui dans les centres d'addiction, nécessite une prise en charge pluridisciplinaire. C'est ce à quoi s'emploie depuis maintenant quelques années le centre de rééducation du Finosello à Ajaccio.

"Il est important de dépsychiatrisé la maladie alcoolique, en particulier l'alcoolisme féminin, qui est un alcoolisme caché, névrotique, très culpabilisant", explique le docteur Rémy François, psychiatre-addictologue.

"Ce n'est pas une maladie mentale, c'est une maladie qui a des aspects psychologiques, mais aussi des aspects physiques, sociaux et culturels, qu'il faut traiter dans des lieux de soins généralistes".

On estime en France, qu'entre 500 000 et un million de femmes souffrent d'alcoolisme. L’alcool est responsable de 36.500 décès chez l'homme.

En 2009, 12 500 femmes sont décédées des suites d'une maladie liée à la consommation d'alcool, selon le Baromètre santé de l'INPES.

Intervenants - Docteur Rémy François, psychiatre addictologue; Priscilla Cappaï, psychologue; Docteur Rémy François, psychiatre addictologue. Equipe -Marie Cristiani, Jacques Paul Stefani

Sur le même sujet

Sartène : des lycéens lancent leur lessive écologique

Les + Lus