Covid : France 3 Corse ViaStella adopte un nouveau rythme pour faire face à Omicron

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Bonifay
la rédaction de France 3 Corse ViaStella à Bastia, à l'heure des mesures sanitaires.
la rédaction de France 3 Corse ViaStella à Bastia, à l'heure des mesures sanitaires. © S.Bonifay/FTViastella

Notre chaîne a dû repenser sa grille et son fonctionnement, pour se mettre au diapason des nouvelles mesures sanitaires, et de l'explosion des cas positifs. On vous explique comment.

Les couloirs de la rédaction de France 3 Corse, à Ajaccio comme à Bastia, ont des airs de confinement. Le calme qui y règne, et le peu de gens qui y passent, de loin en loin, rappelle les quelques mois, en 2020, où l'entreprise, comme tant d'autres, avait fait connaissance avec le Covid.

Depuis lors, les mesures sanitaires n'avaient jamais disparu, mais à l'étage de la rédaction, comme aux programmes et dans les bureaux de l'administration, le personnel avait appris à vivre avec. 

L'apparition d'Omicron et la flambée des cas à travers le pays ont contraint le gouvernement à durcir les règles. Et France 3 Corse ViaStella s'est mis au diapason. 

Emissions reportées, pas supprimées

Sans surprise, la grille de programmes s'en trouve perturbée. Les émissions de la rédaction et la plupart de celles des programmes sont suspendues. Dans le jargon, on appelle ça fonctionner en mode dégradé, comme nous l'explique Hervé de Haro, le directeur territorial : "C'est un plan de continuité d'activité, qui doit permettre à une entreprise de protéger ses salariés, tout en continuant à fonctionner."

Il serait impensable que nous ne puissions assurer, chaque jour, les journaux.

Hervé de Haro

En effet, si beaucoup de choses sont mises entre parenthèses, "nous sommes un service public, et il serait impensable que nous ne puissions pas assurer, chaque jour, les journaux". 

Sébastien Tieri, rédacteur en chef, le confirme. "On a choisi de maintenir l'intégralité de nos offres d'information au quotidien. Les durées seront un peu revues à la baisse pour le Midi et le 20h. Nous avons en revanche voulu maintenir l'intégralité du Corsica Sera, qui est le principal rendez-vous d'information. Nous ne recevrons plus aucun intervenant en plateau qui soit extérieur à la station. Et en parallèle, nous allons amplifier l'offre numérique, avec la rédaction web". Une rédaction qui, elle, est plus autonome, la fabrication d'articles ne requérant pas de travail d'équipe.

Vanina Susini, la directrice des programmes, a dû s'adapter à la situation, pour gérer au mieux les programmes de la chaîne ViaStella, une antenne qui nécessite un flux de productions très important.
"Pas mal de programmes sont reportés. Mais ils ne sont pas annulés. Dès que nous aurons le feu vert, nous reprendrons le chemin des plateaux !"

200 salariés

La précision est d'importance. Pour les téléspectateurs et les téléspectatrices de Corse et d'ailleurs, bien sûr. Mais pas seulement. France 3 Corse ViaStella, c'est plus de 200 salariés, dont 30 % de CDD. Et la tête de pont d'une filière audiovisuelle importante. Hervé de Haro se veut rassurant : "C'est une consigne nationale. Nous sommes des acteurs économiques, et nous ne pouvons pas affaiblir une filière qui souffre déjà. Ca va être difficile mais nous allons y arriver". 

Mais difficile à quel point ? Reste à savoir combien de temps la situation va durer. La direction espère que, dans deux semaines, les choses auront repris sur le même rythme qu'en 2021. Mais rien ne permet d'en être sûr : "on est dans l'œil du cyclone, nous regardons régulièrement la situation, et pour l'heure nous ne sommes pas très optimistes". 

Une lueur d'espoir malgré tout, après une vague importante d'absentéisme liée au Covid, le nombre de cas positifs parmi les personnels est moins élevé depuis quelques jours...

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.