• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

A deux mois de la compétition, le financement du Tour de Corse en question

© NIKOS MITSOURAS / Maxppp
© NIKOS MITSOURAS / Maxppp

Annoncé dans deux mois, le financement public du Tour de Corse automobile n’est toujours pas bouclé. D’âpres discussions sont actuellement menées entre la Fédération Française de Sport Automobile et la Collectivité de Corse (C.D.C).
 

Par Laurent Vincensini

Trois millions d’euros dont 1,3 millions d’euros d’argent public avec un peu plus d’1 million pour la seule Cullettività di Corsica, c’est le budget du Tour de Corse 2018.

Cette « contribution » de la C.D.C ne sera votée qu’en mars prochain et déjà les débats promettent d’être enlevés, y compris dans la majorité. La période contrainte en matière budgétaire, le manque de considération de l’organisation à l’endroit des élus corses ont ouvert un vrai questionnement.

Cette « aide » à l’organisation de la C.D.C. résulte d’un engagement de son exécutif qui date de fin 2017. Ainsi l’on peut penser que l’Assemblée suivra malgré tout cette orientation.
A deux mois de la compétition, le financement du Tour de Corse en question
Equipe - Laurent Vicensini

Reste le budget 2019, et là, selon nos informations, le questionnement vire à la crispation. La FFSA demande un engagement égal à 2018, soit autour d’1 million d’euros. La CDC ne souhaite pas conclure un accord à un tel niveau. Des discussions sont en cours entre les deux parties. Selon nos informations, le minimum d’engagement que demanderait la FFSA est de 800.000€ mais même à ce niveau la CDC s’interroge.

A 2 mois de la compétition annoncée le 11 janvier dernier à Paris en grandes pompes, mais sans aucun représentant de l’exécutif de Corse, on voit mal comment les deux parties ne s’entendraient pas. Mais la négociation s’annonce périlleuse.
Le Tour de Corse 2019 devrait se courir mais ce jeu politique dessine un futur contrarié. Le Tour de Corse survivra-t-il encore plusieurs saisons ? La CDC ne devrait-elle pas ouvrir une vraie réflexion stratégique sur les grands évènements internationaux ?

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus