Discussions avec Paris : les élus s'organisent à Corte

Publié le Mis à jour le
Écrit par A. Stromboni (avec M.F. et D.M.)

Mercredi 13 juillet, une réunion préparatoire au cycle de discussions avec le ministre de l’Intérieur s’est déroulée à Corte. Elle a réuni les présidents du Conseil exécutif, de l’Assemblée de Corse et des quatre groupes politiques représentés dans l’hémicycle.

Une réunion pour en préparer une autre. Et pour dégager un socle commun afin d’avoir une demande homogène auprès du Gouvernement.

C’était le but de la rencontre qui a eu lieu ce mercredi à Corte entre le président du Conseil exécutif, la présidente de l’Assemblée de Corse et les représentants des quatre groupes politiques qui composent l'hémicycle du cours Grandval.

À une semaine du début du cycle de discussions sur l’avenir institutionnel de l’île, l’objectif est clair : ne pas arriver en ordre dispersé à ce premier rendez-vous avec le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, mercredi prochain à Paris.

 "Nous avons échangé sur plusieurs points en toute sérénité en essayant de converger le plus possible sur des questions à la fois très politiques sur le fond, mais aussi organisationnelles car il est important de bien poser les choses dès le départ de ce processus", explique Marie-Antoinette Maupertuis, présidente de l'Assemblée de Corse, au sortir de la réunion qui s’est tenue sans la présence des médias.

Durant plus de deux heures, les discussions ont tourné autour de la méthode à adopter, du calendrier et du fond politique concernant ce cycle qui s’ouvre.

"Nous voulons nous donner les moyens d’arriver de la façon la plus cohérente et la plus constructive possible au rendez-vous du 20 juillet,  expose Gilles Simeoni. Au-delà de cette date, nous voulons nous donner les moyens de réussir dans le cadre du processus de négociations à vocation historique qui s’ouvre."

"Sensibilités différentes mais..."

Avant de monter à Paris, une interrogation subsiste : malgré leurs divergences politiques, les élus parviendront-ils à afficher un discours commun face au ministre ?

"Il y a des sensibilités différentes mais il y a aussi une volonté partagée de converger chaque fois que possible dans l’intérêt de la Corse et des Corses, répond le président du Conseil exécutif tout en insistant sur les mots "sérénité, détermination et confiance" pour qualifier l’état d’esprit de ces réunions préparatoires (deux avaient déjà eu lieu).

"Nous avons parlé de méthode et nous aurons bien sûr des éléments de méthode à faire valoir au ministre de l’Intérieur pour que ce processus soit le plus efficace possible", précise Gilles Simeoni qui n’en dira pas plus sur la nature de ces "éléments" dont la primauté est réservée à Gérald Darmanin.

"Enjeu éminemment politique"

Chez les représentants des quatre groupes politiques de l’Assemblée de Corse, le constat est également similaire sur l'état d'esprit des débats.

"Il y a une volonté d’être sur les points qui nous rassemblent, indique Valérie Bozzi, représentante du groupe Un soffiu novu. Nous voulons partir des problématiques des Corses et y répondre de manière pragmatique."

Pour l’élue de droite, "le volet économique et social sera important dans ces discussions qui pourront aller jusqu’à une évolution institutionnelle". "Après, poursuit-elle, nous verrons bien sûr les problématiques chacun avec nos sensibilités. Mais cette réunion s’est effectivement déroulée dans cette forme-là de consensus et de technique aussi."

 "Le processus de discussion qui va enfin s’ouvrir est le fruit d’un moment qui a été long, dramatique, très douloureux, souligne de son côté Jean-Christophe Angelini pour Avanzemu.  Il  appelle des réponses qui soient, tant de notre côté que du côté de l’Etat, à la hauteur de l’enjeu qui est éminemment politique."

La délégation corse devra prendre le parti de discuter au préalable et de ne pas avoir des actions intempestives et unilatérales qui pourraient gêner une démarche collective.

Paul-Félix Benedetti, Core in Fronte

"On aborde ce cycle à Paris sous un angle politique et historique très fort", affirme Paul-Félix Benedetti. Pour le chef de file de Core in Fronte, ces rencontres qui se profilent sont "d’un niveau étatique" : 

"La délégation corse devra être au rendez-vous, au niveau, et devra prendre le parti de discuter au préalable et de ne pas avoir des actions intempestives et unilatérales qui pourraient gêner une démarche collective qui est celle de la Corse et pas d’un groupe."

Mercredi prochain, 21 élus insulaires devraient participer à la réunion avec le ministre de l’Intérieur, place Bauveau : quatre présidents de groupe, quatre conseillers territoriaux, six parlementaires, un député européen, les maires d’Ajaccio et de Bastia, les deux représentants des associations des maires de Corse-du-Sud et de Haute-Corse, la présidente de l’Assemblée de Corse et le président du Conseil exécutif.

"Possible portée historique"

À Corte, le calendrier de ce cycle à venir a également été abordé. Selon les services du ministre, une réunion pourrait avoir lieu tous les deux mois avec les élus corses.

Selon Jean Biancucci, ce processus "va certainement prendre des mois et peut être deux années". "Il faut donc s’y préparer", prévient le président du groupe Fà populu inseme qui met en perspective ces discussions et leur "possible portée historique" avec celles du passé : premier statut particulier, statut Joxe et accords de Matignon.  

"On peut croire à cette dimension en sachant par ailleurs que les problèmes de la Corse sont institutionnels, ajoute-t-il. Notre objectif, vous le savez, c’est l’autonomie de plein droit et de plein exercice mais aussi les problématiques économiques, fiscales et sociales qui sont apparues ces derniers mois."

"Nous souhaitons que la séquence politique qui va s’ouvrir ait une portée historique, confirme Gilles Simeoni. Mais bien sûr, on ne peut pas en préjuger. Il appartiendra à tous les acteurs de se donner les moyens qu’elle se réalise."

Avant de s'envoler pour Paris mercredi 20 juillet, les membres de la délégation corse ont prévu de se revoir ce lundi pour une ultime réunion préparatoire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité