DOSSIER - Déménagement RCFM, la fin d'une époque et le début d'une nouvelle ère

© France 3 Corse
© France 3 Corse

A 20 heures, mardi 3 novembre, les micros de la rue Favalelli se sont définitivement éteints. La radio RCFM a quitté son siège historique pour intégrer un bâtiment flambant neuf, construit sur mesure dans la citadelle. La fin d'une époque et le début d'une nouvelle ère.

Par France 3 Corse

RCFM nait officiellement en mai 1984. Son siège s'installe rue Favalelli à Bastia. Le bilinguisme Français/Corse fait partie des fondamentaux de la radio, qui réunit autour de 50 000 personnes chaque jour aujourd'hui.

"Il y avait une espèce de dynamisme, d'ardeur. Ça allait devenir une radio de plein exercice et surtout qui allait développer la langue et la culture corse" se souvient le journaliste Pierre Louis Alessandri.

Pendant 30 ans, le coeur de l'info a battu dans ces locaux bastiais, grâce aux équipes et aux machines. Cette histoire a laissé des traces. Mais quand sonne l'heure de partir, c'est dur. 

"Un déménagement, c'est toujours mélancolique. On est attaché à nos locaux et leur histoire" explique Didier Arnoux, journaliste. 

Tables, chaises, matériels : tout va rester rue Favalelli. Tout sauf les souvenirs et la mémoire de Pierrot Guidicelli et Michel Vivarelli. Ces deux salariés de RCFM sont morts dans la chute de la tribune du stade de Furiani, le terrible 5 mai 1992. Sans doute la plus sombre des pages de la radio.

"Je débutais à l'époque, ça faisait juste deux ans que j'étais à la radio. lorsque la tribune est tombée j'étais chez moi mais évidemment lorsque je l'ai vu à la télévision, je suis tout de suite retourné à la radio, j'ai pris mon magnétophone et une voiture pour aller jusque là-bas. Il y avait tellement de panique que j'ai du finir à pied pour rejoindre le stade. Lorsque je suis arrivé là-bas, c'était l'horreur. Je n'ai jamais pu travailler dans des conditions comme cela. Ça m'a vraiment marqué" se remémore le journaliste Pierre Louis Sardi.

Michel et Pierrot ont déjà des studios à leur nom dans les locaux de la citadelle. Dans ce bâtiment flambant neuf, c'est un nouveau départ qui s'offre à France Bleu RCFM et à sa quarantaine de salariés bastiais.

"On arrive avec du nouveau matériel, des nouveaux logiciels et ça nous pousse à faire encore mieux" explique Michelle Castellani, rédactrice en chef.

Un nouveau souffle pour emporter la radio vers de nouveaux horizons.

Un dossier d'Emilie Arraudeau et Christian Giuliano :

rcfm
Caroline Filippi, journaliste; Jean-Michel Fraticelli, animateur; Pierre Louis Alessandri, journaliste; Didier Armoux, journaliste; Jean-Louis Sardi, journaliste; Michelle Castellani, rédactrice en chef RCFM

 

Sur le même sujet

ITW- irruption du STC dans les locaux de l'office public de l'habitat de Haute-Corse

Les + Lus