Territoriales : large victoire de la coalition nationaliste (estimation)

10/12/2017 - Le leader autonomiste Gilles Simeoni (Pè a Corsica), tout sourire lors du second tour des élections territoriales en Corse / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
10/12/2017 - Le leader autonomiste Gilles Simeoni (Pè a Corsica), tout sourire lors du second tour des élections territoriales en Corse / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

La coalition nationaliste est arrivée largement en tête dimanche soir du second tour des élections territoriales en Corse avec 56,9% des voix, selon une estimation Ipsos pour France 3 Corse ViaStella et France Bleu RCFM.

Par France 3 Corse ViaStella

La liste Pè a Corsica (Pour la Corse), qui rassemble les autonomistes de Gilles Simeoni et les indépendantistes de Jean-Guy Talamoni, a encore amélioré son score par rapport au premier tour (45,36%), réunissant 56,9% des suffrages, dans un scrutin marqué par un fort taux d'abstention (48,3%), selon cette estimation Ipsos.

"On attend les résultats définitifs mais la tendance semble extraordinaire", a déclaré Gilles Simeoni à Bastia, qui s'exprimait près d'une heure après la clôture des bureaux de vote à 18h. "Si ça se confirme, ce sera très fort", a renchéri l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni, 5e de la même liste. 

Territoriales : large victoire de la coalition nationaliste (estimation)

La droite régionaliste de Jean-Martin Mondoloni arriverait en deuxième position avec 17,5% des voix, suivie de la liste Les Républicains emmenée par Valérie Bozzi (12,8%) puis de la liste la République en Marche de Jean-Charles Orsucci (12,8%).

Territoriales - Les estimations à l'issue du second tour / © FTVIASTELLA
Territoriales - Les estimations à l'issue du second tour / © FTVIASTELLA
Territoriales - Les estimations en projection de sièges à l'issue du second tour / © FTVIASTELLA
Territoriales - Les estimations en projection de sièges à l'issue du second tour / © FTVIASTELLA

Les 233.988 électeurs corses étaient appelés à voter pour choisir les 63 élus d'une nouvelle instance inédite, la collectivité territoriale unique, une première en France, qui se substituera à compter du 1er janvier 2018 aux conseils départementaux de Corse-du-Sud et de Haute-Corse et à la collectivité territoriale de Corse (ex-région).

L'accord de mandature des nationalistes vise l'obtention d'un véritable statut d'autonomie dans les trois ans et sa mise en oeuvre effective dans les dix ans.

Ses 63 élus n'auront qu'un mandat de trois ans et demi, jusqu'en 2021, date des prochaines élections régionales.

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus