Cet article date de plus de 3 ans

Élections territoriales : le « profil sociologique » des listes

Dimanche se déroulera le premier tour des élections territoriales. Une question demeure : comment se composent les sept listes d'un point de vue sociologique. Quel est le profil des candidats? Décryptage.
Quand les employés municipaux pourront-ils ressortir les isoloirs ?
Quand les employés municipaux pourront-ils ressortir les isoloirs ? © FTVIASTELLA - Christian Giugliano
441, c’est le nombre de prétendants aux sièges de l’Assemblée unique. L’île n’en avait jamais connu aussi peu pour une telle élection. Côté parité, sur les sept listes, une seule a une femme en tête. L’égalité est frôlée mais ce n’est pas encore ça. Là où le hiatus est total c’est avec les Corses d’origine étrangère. Ils forment moins de 1% des candidats.

L’âge moyen des candidats est établi à 49 ans. Sur ce thème, le prix de la liste la plus jeune revient à « Core in fronte » avec une moyenne d’âge de 44 ans, celui de la plus âgée au Front national où l’âge moyen atteint les 56 ans. Cette dernière rassemble d’ailleurs cinq colistiers de plus de 80 ans.

durée de la vidéo: 01 min 58
Élections territoriales : le « profil sociologique » des listes


Représentatives de l’insulaire moyen ?


Selon certains, la répartition sur le territoire serait un gage d’efficacité du vote. Cette hypothèse pourra être testée avec la liste de Jean-Martin Mondoloni qui est la plus déséquilibrée. 64% des colistiers y sont originaires de la Haute-Corse et plus particulièrement de Bastia et de la Plaine orientale.  La liste de Valérie Bozzi est, elle, très impériale et plutôt centrée sur Ajaccio et ses alentours. La liste du macroniste Jean-Charles Orsucci est quant à elle la plus urbaine et suburbaine entre Bastia, Ajaccio et Porto-Vecchio. Les listes nationalistes sont elles partout : autant au nord qu’au sud, autant des villes que des villages.

Mais c’est par les métiers que les listes s’éloignent le plus de l’insulaire moyen. Parmi les colistiers de Gilles Simeoni se dégage une surreprésentation des avocats, des professions libérales (20%) et des chefs d’entreprises (22%). La liste de Jacques Casamarta détient, elle, le record du nombre d’employés et d’ouvriers.

Enfin, les candidats sont souvent déjà élus. On compte 32% d’édiles chez Valérie Bozzi, 28% chez Jean-Martin Mondoloni mais aussi 25% chez Gilles Simeoni. Sans compter, sur cette dernière liste, les 30 conseillers sortants.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
elections territoriales politique élections régionales 2021 élections assemblée de corse