corse
viastella
Choisir une région

Mag Politique - Cuntrastu

Un mercredi par mois à 20h45, les journalistes de Cuntrastu décortiquent et analysent l'actualité de l'île.
Logo de l'émission Mag Politique - Cuntrastu

[Replay] Jean-Christophe Angelini (PNC) invité de Cuntrastu

Jean-Christophe Angelini (PNC) invité de Cuntrastu dimanche 27 mai 2018. / © DR
Jean-Christophe Angelini (PNC) invité de Cuntrastu dimanche 27 mai 2018. / © DR

Jean-Christophe Angelini leader du Parti di A Nazione Corsa (PNC), conseiller exécutif, revient dans Cuntrastu sur les relations avec l’Etat, les frictions au sein de la majorité territoriale autour de la création de Femu a Corsica et annonce une AG du PNC.

Par France 3 Corse ViaStella

Revoir l'émission

Vieux routard de la politique, conseiller exécutif à l’assemblée de Corse, président de l’ADEC (l’agence de développement économique de la Corse) et leader du PNC, Jean-Christophe Angelini est un pilier de la majorité territoriale…

Les évènements de l’ACA, la situation économique et les frictions politiques au sein de la majorité nationaliste : les sujets à commenter ne manquaient pas pour ce quadragénaire bien rompu à la vie politique insulaire.

Femu a Corsica… Ma quandu?

Les "modérés" ne parviennent toujours pas à finaliser le parti Femu a Corsica pour réunir A Chjama, Inseme – mouvement de Gilles Simeoni – et le PNC dont Jean-Christophe Angelini est le leader, au sein d’une seule structure.

Le patron du PNC a annoncé sur le plateau de Cuntrastu que son parti – qui était censé se mettre en sommeil pour la création de Femu – tiendra une assemblée générale le 9 juin pour discuter de cette problématique.

Jean-Christophe Angelini (PNC) invité de Cuntrastu
Jean-Christophe Angelini leader du Parti di A Nazione Corsa (PNC), conseiller exécutif, invité de Cuntrastu dimanche 27 mai (18h)  - France 3 Corse ViaStella

Un pied-de-nez à Gilles Simeoni le président du Conseil Exécutif de la Collectivité de Corse qui entend malgré tout mener rapidement à son terme la création de Femu a Corsica.

Le rapport de force au sein de Femu est à l’origine de crispations, chaque partie ne voulant pas perdre sa parcelle d’influence et de pouvoir.

Le PNC a déjà eu à faire face à plusieurs départs de militants et d’élus, et dans cette stratégie il faudra observer si les militants restants adhèrent à la démarche de Jean-Christophe Angelini.

Le PNC par la voix de Jean-Christophe Angelini dénonce le risque d’hégémonie et refuse l’idée "un parti croupion" ou d’un "mouvement de supporters", une allusion à peine voilée au fonctionnement de leur partenaire d’Inseme per a Corsica, mené par Gilles Simeoni.

Dans cette discussion pèse aussi l’avenir de la coalition per a Corsica – union de Corsica Libera avec les composantes de Femu – à l’approche des scrutins municipaux qui auront lieu en 2020.