Festivals, concerts & expos

Viastella vous propose une sélection des festivals et manifestations qui animent  l'île de Beauté tout au long de l'année ! 
Logo de l'émission Festivals, concerts & expos

ViaStella est partenaire du Festival du Film Politique de Porto-Vecchio, du 26 au 29 octobre

A l'initiative de Karl Zero, Jérôme Paoli, Daisy d’Errata et Anne-Catherine Mendez, Porto-Vecchio accueillera du 26 au 29 Octobre prochains la 1ère édition du festival du film politique : 15 films issus tant de la comédie que du « doc. citoyen », du « brûlot engagé » au block-buster populaire.

Par Christophe Leuck

Festival du film Politique de Porto-Vecchio

Organisation : Association du festival international du film politique
Membres fondateurs : Karl Zero- Jérôme Paoli -Daisy d’Errata- Anne Catherine Mendez

Première édition : du 26 au 29 octobre 2017
Espace culturel et Cinémathèque de Corse (deux salles) – Porto-Vecchio
Longtemps, le cinéma français s’est prudemment tenu à distance de la politique, bien plus que l’industrie hollywoodienne qui produisit à la chaîne moult "biopics" sur leurs Présidents, abordant sans fard des événements comme l'assassinat de Kennedy, la guerre du Viet- Nam ou le Watergate. Pendant ce temps-là, chez nous, la guerre d’Algérie était très peu traitée, la colonisation encore moins…
Et cet état de fait s'appliqua aussi à nos hommes politiques…La « pipolisation » de la vie politique n’étant pas encore passée par là, il n’y eut aucun film ni sur les grandes affaires de la Ve République, ni sur les vies de Pompidou ou de Gaulle…
Certes, on vit quelques films « militants » dans les années 70, réalisés notamment par Yves Boisset et Costa-Gavras, ou de petites perles de provocation signées Jean-Pierre Mocky mais les exemples restent très peu nombreux comparé au cinéma américain qui, systématiquement, dès que quelque chose se tramait dans les sphères politiques, s'en emparait… Chacun sait que les américains sont maîtres dans l’art de saisir l'opportunité de créer le buzz…Il a fallu attendre les années 2000 pour que la chose politique s’immisce à nouveau, petit à petit, dans les salles obscures de France…
Karl Zero reprit le flambeau du film politique, dans une veine satyrique et tendre avec « Dans le Peau de Jacques Chirac… », couronné par le César du Meilleur Film Documentaire 2007. 
Xavier Durringer prit la suite en fiction avec « La Conquête » racontant la campagne menée tambour battant par le Sarkozy de 2007, puis on vit un de Villepin saisissant dans "Quai d’Orsay" de Bertrand Tavernier sous les traits de Thierry Lhermitte, et un DSK pathétique sous ceux de Depardieu, filmé par Abel Ferrara… « Le Promeneur du Champ » de Mars de Robert Guédiguian qui traite de la fin de vie de François Mitterrand montre la politique de façon quasi conceptuelle. Presque de la poésie politique…
"L'exercice de l’Etat" de Pierre Schoeller (trois Césars) est plus réaliste. Olivier Gourmet incarne un ministre lambda, sans étiquette précise, au quotidien harassant, fait de doutes, de renoncements, de trahisons.
Si la chose politique semble enfin acquérir ses lettres de noblesse dans le cinéma français, c’est donc surtout au travers du prisme de la comédie, de la généralité, ou d’une forme de distanciation poétique. « Les intellectuels n’ont plus la force d’intervention qu’ils avaient auparavant, car les positions à prendre sont aussi plus complexes aujourd’hui » note alors Costa-Gavras. La relève du cinéma « engagé » va se faire malgré tout sous la forme de films et de documentaires à visée sociale. Philippe Lioret (« Welcome ») Stéphane Brizé (« La Loi du marché ») ou François Ruffin (« Merci patron ») font des succès publics avec des thèmes jusqu’alors jugés trop difficiles par les distributeurs. 
Le succès de beaucoup de séries politiques, de « House of Cards » à « Borgen » - là-encore d’abord américaines, puis scandinaves -  démontrent que l’appétence du public pour la politique, même quand elle emprunte le ton de la fiction, est immense… « Baron Noir » sur Canal + a démontré que les français n’étaient pas en reste.
Roland Barthes disait qu’en somme « tous les films sont politiques », tant il est vrai qu’il y a de la politique en toute choses…
Dès lors, il nous est apparu comme une évidence qu’il manquait à notre pays un grand Festival dédié aux films politiques, et que la Corse, terre de liberté, devait être son havre. Car cette « chose politique », définitivement, c'est la passion N°1 de tous les Corses…Essayez par vous-même : si vous entamez une discussion politique avec un ami Corse au déjeuner, vous êtes certain de la finir après le digestif… du dîner !

Le Festival du Film Politique de Porto-Vecchio, dont la première édition aura lieu du 27 au 29 octobre 2017 présentera donc quinze films « 100% politiques » issus tant de la comédie que du « documentaire citoyen », du « brûlot engagé » au block-buster populaire. Il y en aura pour tous les goûts, car notre Festival vise un très large public : porto-vecchiais, corse, mais aussi vacanciers de la Toussaint venus profiter des derniers rayons de soleil.
Son jury, particulièrement éclectique, sera composé de femmes et d'hommes politiques de tous bords, de journalistes spécialisés, d’acteurs et de réalisateurs ayant incarnés la politique à l’écran.
Ont déjà répondu présents :

- Niels Arestrup
- Rachida Dati
- Clément Dumoulin
- Xavier Durringer
- Jean-Paul Huchon
- Jean Lassalle
- Marlène Schiappa
- Edmond Siméoni
- Joey Starr

Ils auront pour aura tâche de décerner trois prix, dans le cadre de deux sections principales :
La Compétition, qui offrira au public la possibilité de découvrir des films inédits (ou sortis très récemment) que notre comité de sélection aura jugé aptes de concourir pour notre véritable palme à nous : le Grand Prix du Film Politique, ainsi que celui du Meilleur Réalisateur. Ces films viendront du monde entier, pourront être des long-métrages, des documentaires, du cinéma-vérité…peu importe les moyens de production et de distribution : seul le talent sera récompensé !
Liste des films présentés en compétition :

• « Une Vie violente » de Thierry de Peretti (en ouverture) (sortie aout 2017)

• « Entre deux rives » de Kim-Ki Duk (sortie 2017)
• « Sandtown Project » de Francescu Artily (2016)
• « Le jeune Karl Marx » de Raoul Peck (sortie septembre 2017)
• « Après la guerre » d’ Annarita Zambrano (inédit)
• « Chez nous » de Lucas Belvaux (sortie 2017)
• « Made in France » de Nicolas Boukhrief (sortie 2017)
• "Le Caire, confidentiel" de Tarik Saleh
• « Dans le Peau de Jacques Chirac… » de Karl Zéro et Michel Royer (2007)
• "La tête de l'emploi" d'Isabelle Le Nouvel (2011)
• "Une femme douce" de Sergei Loznitsa (2017)


La Rétrospective, qui permettra de voir ou de revoir d'indéniables "masterpieces" du cinéma politique et des documentaires particulièrement talentueux. Des débats suivront les séances.
Liste des films présentés en rétrospective :

• « Le Président » de Henri Verneuil (1961)
• « La Conquête » de Xavier Durringer (2011)
• « Il Divo » de Paolo Sorrentino ‘2008)
« Emmanuel Macron : les coulisses d’une victoire » de Yann L’Hénoret (2017)

• « Edouard, mon pote de droite » de Laurent Cibien (2016)
• « Le candidat » de Niels Arestrup (2007)
• « Edmond Siméoni, l’esprit militant » de Pierre-Antoine Beretti (2015)
• « I’m not your negro » de Raoul Peck (2016)
• « Snowden » de Oliver Stone (2016)
• « Bienvenue Mister Chance » de Hal Hashby (1979)


Bien entendu, nous ferons venir à Porto-Vecchio pour chacun film son réalisateur, sa réalisatrice ou son comédien principal si c’est une fiction, afin de débattre des oeuvres avec le public.
En parallèle, une exposition (dessins d'humour politique, vieilles affiches politiques) un concert (le groupe corse « I Mantini » à l’humour politiques dévastateur ) et des évènements ludiques seront organisés dans la ville de façon à mettre partout la Politique à l'honneur.
Lancer ce premier Festival International du Film Politique à Porto-Vecchio,  c’est donc créer un festival pour tous les publics par excellence. Les habitants de Porto-Vecchio, de tous âges, aimeront à revoir les chefs- d’œuvres du passé, et les vacanciers continentaux, qui les rejoignent fin octobre, adoreront découvrir les films en sélection… Sans oublier tous les aficionados de politique…qui ne manqueraient cela pour rien au monde ! Personne ne manquera à l'appel pour les rejoindre, pour le plaisir de côtoyer, le temps d’un long week-end, les personnalités politiques du jury, les réalisateurs, et les acteurs. 


En marge du festival :

➢ Le « concert politique » : I Mantini reprendra les plus gros tubes des campagnes présidentielles de 1974 à nos jours… Samedi 28 septembre à l’issue de la cérémonie de clôture

➢ Dédicaces de livres le dimanche 29 octobre au matin en partenariat avec la librairie « le verbe du soleil »

➢ Fêtes, diners, déjeuners, master-class.

Le programme


 

Territoriales : pas d'alliance à droite pour le second tour