Mort d'un bébé en Balagne : les parents libérés de détention, l'enquête se poursuit

Les parents du nourrisson de quatre mois originaire de Calenzana, en Balagne, et décédé le 29 janvier dernier à l'hôpital de Nice ont été remis en liberté. L'enquête autour de la mort du bébé se poursuit pour autant, indique le parquet de Bastia. 

© Axelle Bouschon / FTV

L’information a été confirmée par le procureur de la République de Bastia, Arnaud Viornery, ce vendredi 26 février : Loïc Janson et Manon Simons ont été remis en liberté.

Les parents d’un bébé de quatre mois mort en janvier dans des circonstances suspectes restent toutefois mis en examen respectivement pour "homicide volontaire aggravé et violences aggravées", et "violences aggravées, non-dénonciation de mauvais traitements sur mineur de 15 ans, et non-assistance à personne en péril aggravée".

Le procureur indique que les remises en liberté des deux suspects sont imputables à une irrégularité dans la procédure et non à un problème de fond.

L'information judiciaire pour homicide volontaire se poursuit donc. "Le dossier n'est pas annulé, seule la mesure de contrainte disparaît", précise le magistrat.

Les parents clament leur innocence

Contacté, Me Grégoire Etrillard, l'avocat du suspect principal, le père du bébé, estime au contraire que la libération de son client "est directement à mettre en relation avec [leur] pourvoi contre la décision de la chambre de l'instruction."

"Le parquet a manifestement eu peur que soit examiné par la Cour de cassation l'absence de fondements scientifiques solides à l'accusation de maltraitance qu'ils formulent, assure le conseil de Loïc Janson. Nous continuerons à nous battre pour faire constater l'innocence de notre client et les erreurs des recommandations de la Haute Autorité de Santé sur le syndrome du bébé secoué, qui fondent cette injuste procédure."

Me Anna-Livia Guerrini, conseil de la mère, Manon Simons, rappelle de son côté que "le dossier n'a pas encore eu de certifications médicales. Cette libération me semble dans la logique de la présomption d'innocence de ma cliente."

Suspicions de maltraitances

Les parents du bébé étaient placés en détention provisoire depuis le 3 février. Ils sont soupçonnés d'être responsables de la mort de leur nourrisson de quatre mois, le 29 janvier dernier.

Le 27 janvier, les secours prennent ainsi en charge à Calenzana le bébé, victime d’hématomes et de plaies intracrâniennes. L'enfant est rapidement transporté à l'antenne médicale de Calvi, avant d'être transféré à Nice, au vu de la gravité de son état. Malgré les soins qui lui sont prodigés, il décède peu de temps après son arrivée. 

Les blessures constatées sur le nourrisson, "caractéristiques de maltraitances", conduisent le parquet de Bastia, selon une source judiciaire, à diligenter une enquête.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers