Bastia : polémique autour de la construction du magasin « U merca »

La communauté d'agglomération bastiaise s'est prononcée en faveur de la construction de « U merca ». Un marché de produits frais au sud de la ville, mais que ses détracteurs présentent comme une nouvelle "grande surface" masquée. Ce projet suscite la polémique.

© Wilfried REdonnet / FTVIaSTELLA
À l’origine de la polémique : le projet de construction, dans les quartiers sud de Bastia, un commerce de presque 1 000 mètres carré spécialisé dans les produits frais. 

Plusieurs élus de la communauté d’agglomération bastiaise comme Jacky Padovani, maire de San Martino di Lota, ont voté pour le projet et le défendent. « Quatre ou cinq artisans corses vont faire appel à des producteurs corses qui créent des emplois en Corse comprenez bien que je ne peux pas être contre. Ca ne fait pas 1 000 mètres carrés, c’est très loin d’être une grande surface et je ne pense pas que ces artisans puissent porter préjudice au centre de Bastia », indique le maire de San Martino di Lota. 

Réaction douce-amère du président de la chambre des métiers de Haute-Corse qui affirme de pas avoir été consulté avant le vote. « Je retourne la question à ces personnes qui sont à l’extérieur de la ville. Accepteraient-elles une structure comme ça sur leur commune ? », s’interroge-t-il. 

 
Bastia : polémique autour de la construction du magasin « U merca »

 

« Ils crieront demain famine »


Réaction encore plus hostile du groupe nationaliste Core in Fronte vent debout. « Ce sont des artisans alibis qui demain regretteront l’imposture qu’ils ont fait à leur propre profession. Il y a aujourd’hui sur Bastia une trentaine de commerçants : bouchers, poissonniers, légumiers et crémiers. Ils crieront demain famine parce qu’ils iront inévitablement à la faillite. Le groupe Grand Frais adossé au groupe Ardian, adossé aux promoteurs qui n’est rien d’autre qu’un pouvoir bancaire sont là pour faire des prises en main économiques », estime Paul-Félix Benedetti, de Core in Fronte. 

La majorité municipale bastiaise autour d’Inseme per Bastia ne disposait que de quatre voix pour ce vote dont deux se sont exprimés contre le projet, même si le maire semble toujours très peu enthousiaste. « De dire que c’est un bon projet parce qu’il est porté par des commerçants bastiais. […] Ce n’est pas parce que l’on est artisan bastiais que tous les projets que l’on va mettre en œuvre sont des bons projets pour la ville, et même pour eux-mêmes », soutient Pierre Savelli. 

En filigrane de la controverse : l’avenir incertain des petits commerces de l’agglomération bastiaise.  


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société consommation économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter