Les commerçants du centre-ville de Bastia s'inquiètent de la création de deux nouvelles zones commerciales

Hier soir, un collectif de commerçants du centre-ville de Bastia s'est réuni avec le président de la communauté d'agglomération bastiaise, le maire, ainsi que des représentants de la CCI de Haute-Corse pour discuter des deux nouvelles zones commerciales à Erbajolo qui inquiètent les commerçants.
 

Un commerce bastiais fermé. La survie d'un commerce du centre-ville de Bastia est de 18 mois en moyenne pour certaines boutiques. Jeudi 14 février 2019
Un commerce bastiais fermé. La survie d'un commerce du centre-ville de Bastia est de 18 mois en moyenne pour certaines boutiques. Jeudi 14 février 2019 © France 3 Corse ViaStella
Hier soir, un collectif de commerçants du centre-ville de Bastia s'est réuni en présence du président de la communauté d'agglomération bastiaise, le maire de Bastia, ainsi que des représentants de la CCI de Haute-Corse pour discuter des deux nouvelles zones commerciales à Erbajolo qui inquiètent les commerçants.

Felix Benedetti, gérant d'un bar et militant de Core in Fronte a pu réunir 350 signatures d'opposition au projet d'Erbajolo. Ces commerçants signataires craignent que ces nouveaux centres menacent leurs boutiques déjà en difficulté. Certaines ont une survie de 18 mois en moyenne. Le centre-ville de Bastia souffre d'un manque d'attractivité.
 

Nous allons faire en sorte que notre population ne soit pas obligée d'aller à Borgo pour faire des courses


Le projet, entériné en janvier dernier, serait en partie dédié aux artisants de bouche mais d'autres activités comme un cinéma multiplex pourraient également voir le jour.

Le président de la communauté de l'agglomération de Bastia, a confirmé hier, lors de la réunion, qu'il s'agissait de deux bâtiments : l'un de 1 000 m² l'autre de 300 m². Pour François Tatti  ce projet est indispensable face au développement exponentiel des communes voisines telles que Furiani, Borgo ou Biguglia : "nous allons faire en sorte que notre clientèle, notre population ne soit pas obligée d'aller à Borgo pour faire des courses."

Cette réunion a soulevé les dissensions au sein de la mouvance nationaliste. Les militants de Core in Fronte on regrettait que deux élus de Femu a Corsica, Gilles Simeoni et Pierre-Noël Luiggi, n'avaient pas voté contre le projet d'Erbajolo car ils étaient absents.
 
Les commerçants du centre-ville de Bastia inquiets ©France 3 Corse ViaStella
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie consommation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter