• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le dédoublement des classes de CP a ramené la sérénité dans les salles

© MAXPPP - Jean-Marc Loos
© MAXPPP - Jean-Marc Loos

Bilan d'étape encourageant pour les classes dédoublées de CP situées en zone d'éducation prioritaire. C'était l'une des principales réformes de la dernière rentrée du gouvernement. Certaines classes sont passées de 20 à 12 élèves. Illustration à l'école Calloni à Bastia.

Par France 3 Corse ViaStella

À l'école Joseph Calloni de Bastia, comme dans huit autres écoles insulaires de quartiers défavorisés, on est passé, en septembre, de deux classes de CP de 20 élèves à trois classes de 12. Une promesse du ministre de l'Éducation nationale, qui pour les enseignants comme pour la direction, a changé beaucoup de choses.

« Je trouve que l’ambiance est plus sereine. Les enfants sont plus attentifs à ce que je dis. Et même moi, j’ai moins de travail de discipline à faire. Je peux plus me consacrer aux apprentissages. Ça me permet de faire des groupes de niveau, donc de laisser travailler les enfants qui sont plus autonomes et plus en avance sur les apprentissages seuls et de m’occuper des enfants qui ont besoin vraiment qu’on les aide », estime Marie-Hélène Pacelli, enseignante en CP à l'école Joseph Calloni.

« Le climat est beaucoup plus apaisé en classe, donc je pense que ça se répercute à la maison. On a prévu avec ces faibles effectifs d'accueillir les parents pour pouvoir leur donner les résultats des différentes évaluations », continue Jean-Pierre Cesari, directeur de l'école Joseph Calloni.

Les classes de CP à 12 élèves ont ramené la sérénité dans les salles
Intervenants : Marie-Hélène Pacelli Enseignante en CP à l'école Joseph Calloni ; Jean-Pierre Cesari Directeur de l'école Joseph Calloni ; Philippe Lacombe Recteur de l'Académie de Corse. Reportage : NICOLAS Pierre ; BATTESTI Flora ; IENCO Joseph.


Moyens accrus


Le recteur, en visite dans l'école ce matin-là, rappelle qu'après les classes de CP cette année, celles de CE1 seront concernées l'an prochain par le même dispositif, avec donc des moyens accrus. « L’an prochain, les CE1 REP +  on continue la réforme. Le présupposé c’est que lire, écrire, compter et respecter autrui c’est de la grande section de maternelle au CP et au CE1. On laisse trois années. Mais ça veut dire dédoubler des classes. Mais effectivement, le coût y repose pour l’Éducation nationale, davantage d’enseignants il ne faut pas l’oublier », précise Philippe Lacombe, recteur de l'Académie de Corse.

Ces mesures concernent l'école primaire Joseph Calloni qui, comme deux autres, est associée au collège Saint-Joseph, classé  dans le réseau d'éducation prioritaire renforcé, ou REP +.

Mais pour les syndicats enseignants, notamment le SNUIPP-FSU, la promesse initiale du gouvernement est d'appliquer ces dédoublements de classes à toutes les REP. Ce qui, en Corse, représente bien plus d'établissements, et l'obligation de créer des dizaines de postes d'enseignants supplémentaires.


A lire aussi

Sur le même sujet

Oscaro racheté par la maison mère d'Autodis

Les + Lus