Détournement de fonds publics : un an de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende requis contre Paul Giacobbi 

Paul Giacobbi et trois personnes de son entourage comparaissent devant le tribunal correctionnel de Bastia pour détournement de fonds publics et tentative de détournement de fonds publics. Le parquet a requis 1 an de prison avec sursis contre l'ancien président du conseil exécutif de Corse. 

Paul Giacobbi, ancien président du conseil exécutif de Corse, entouré de ses deux avocats.
Paul Giacobbi, ancien président du conseil exécutif de Corse, entouré de ses deux avocats. © Pierrick Nannini / FTV
Paul Giacobbi n'avait pas fait d'apparition publique depuis deux ans. Depuis mardi, l'ancien président du conseil exécutif de Corse comparaît devant le tribunal correctionnel de Bastia avec trois autres prévenus dans deux affaires distinctes de détournement de fonds publics et de tentative de détournement de fonds publics. 

Ce mercredi, la vice-procureure de la République de Bastia a requis un an de prison avec sursis à l'encontre de Paul Giacobbi, une peine assortie de 50.000 euros d'amende et de 5 ans d'inéligibilité. 

Le parquet réclame 8 mois de prison avec sursis assortis de 10.000 euros d'amende à l'encontre de Thierry Gamba-Martini, ancien directeur général des services de Paul Giacobbi ; 6 mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende à l'encontre de Francis Pian, ancien directeur de l'office des transports de la Corse et 200.000 euros d'amende contre La Méridionale. 

La décision, mise en délibéré, sera rendue le 26 janvier prochain. 

Transport de fourrage et affrètement d'un navire

​​​​​​Dans le détail, le premier dossier concerne une aide au transport de fourrage accordé en 2015 à deux structures agricoles d'un coût de 228.000 euros. 

Problème, ce dispositif a été mis en place en dehors de tout cadre légal. Et sur cette somme, rien n'a été payé à la Méridionale. Dans ce dossier, il est reproché à Paul Giaccobi une tentative de détournement de fonds publics. 

La deuxième affaire concerne l'affrètement du navire "Le Pélican", par La Méridionale, en 2014 suite à une grève de la SNCM. Dans ce dossier, une fois encore, aucun acte légal n'est signé. Coût total estimé de l'opération : 1,8 million d'euros. 

En 2016, dans l'affaire des "gîtes ruraux", l'ancien président du conseil exécutif de Corse avait été condamné en première instance, puis confirmé en appel en 2018, à trois ans de prison avec sursis, 5 ans d'inéligibilité et 25.000 euros d'amende. 

Cette condamnation avait sonné la fin de la carrière politique de Paul Giacobbi. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société