Election départementale partielle : le canton de Bastia 3 vote à nouveau ce dimanche

Election départementale partielle : le canton de Bastia 3 vote à nouveau ce dimanche
Intervenants : Joseph Gandolfi, Emmanuelle de Gentili, Joseph Martelli - Reportage : Pierre Nicolas, Daniel Bansard

Le canton de Bastia 3 vote à nouveau dimanche pour le second tour de l’élection départementale partielle. L’union des trois listes de gauche pourrait faire mentir la légère avance de la majorité municipale.

Par France 3 Corse ViaStella

Si la gauche était dispersée au premier tour de l’élection départementale partielle, elle avance désormais unie. Le binôme Divers gauche formé par Joseph Martelli et Anne-Marie Piacentini, arrivé au second tour, a été rejoint dès l’annonce des résultats par les deux autres listes de gauche : celles de Jean-François Mattei et Marie-Claire Poggi ainsi que Marina Luciani avec Pascal Rossi.

Dimanche dernier, le binôme Joseph Martelli- Anne-Marie Piacentini a obtenu 743 voix au premier tour, soit 26,32% des suffrages exprimés. Jean-François Mattei et Marie-Claire Poggi, PRG, ont obtenu 19,77% des voix. Les candidats Front de Gauche Marina Luciani et Pascal Rossi ont remporté 3,72% des voix. En tout, l’union de la gauche remporte 49,81% des votes.

Avantage de l'union de la gauche ?

Cela pourrait donner lui conférer un léger avantage sur le binôme de Gentili-Gandolfi, de la majorité municipale, arrivé en tête au premier tour, en rassemblant 37,59% des voix.

Mais le nationaliste Joseph Gandolfi se dit confiant : « Nous n’avons pas mobilisé du tout notre électorat qui, j’en suis persuadé, va se mobiliser au second tour. Ce n’est pas, selon moi, une union de façade de dernière minute qui va nous empêcher de remporter la victoire. »

Sa partenaire électorale, la socialiste Emmanuelle de Gentili abonde dans ce sens : « C’est une clarification de la scène politique puisque les masques sont tombés et on a vu que ceux qui se battaient et essayaient de combattre les électeurs qu’ils étaient différents montrent que pour des intérêts personnels ils sont prêts à s’allier avec ceux qu’ils ont combattus et qui leur ont même annulé l’élection. »

Conflits latents

En cause, le ralliement au binôme Martelli-Piaccentni, divers gauche, issu du PRG, de l’ancienne co-listière de Joseph Gandolfi, Marie-Claire Poggi.
Mais Joseph Martelli déclare avoir toujours cru à ce rassemblement. « Je vous ai dit dès le départ que le dimanche soir tout le monde serait avec moi, pour reformer cette union de la gauche. Et vous avez vu que dimanche soir, le Parti communiste nous a soutenus d’emblée et vous avez vu que Marie-Claire Poggi et Jean-François Mattei sont venus à notre permanence boire avec nous le verre de l’amitié. Madame Poggi est de gauche, vous le savez depuis toujours. Elle a participé à une liste d’union avec les nationalistes mais elle a toujours dit fortement qu’elle était de gauche », affirme-t-il.

Dernière inconnue du second tour dans le canton de Bastia 3 : la dispersion du vote Front national, qui a obtenu au premier tour 12,57% des voix.

Les Républicains n’ont quant à eux pas donné de consigne de vote claire. Absents au premier tour, ils estiment dans un communiqué que « Dans cette élection, aucun débat sérieux n'a permis de mettre en exergue les difficultés du quotidien que rencontrent une majeure partie de la population de ce canton : chômage, précarité, sécurité, identité. Nous appelons au rassemblement populaire le plus large face aux combinaisons dénuées de sens et de clarté politiques. »

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus