Extorsion et association de malfaiteurs en bande organisée : quatre hommes, dont certains proches des "Federici", mis en examen

Quatre personnes ont été mises en examen par un magistrat instructeur de la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille. Cela s'inscrit dans le cadre d'une information judiciaire ouverte notamment pour "extorsion en bande organisée" et "association de malfaiteurs". Certains des mis en cause sont suspectés d'être proches de la bande criminelle dite des "Bergers de Venzolasca".

Quatre hommes ont été mis en examen dans une enquête pilotée par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille. 

Ils font partie de la douzaine de personnes interpellées en début de semaine dans l'île. Toutes avaient été placées en garde à vue dans le cadre de cette information judiciaire ouverte en 2021 pour "association de malfaiteurs, extorsion, blanchiment, faux et abus de bien sociaux", le tout en "bande organisée".

Au centre de ce dossier judiciaire qui vise la bande criminelle dite des "Bergers de Venzolasca", se trouve la société de sécurité et de protection Hestia (ex-Sisis).

Deux personnes écrouées

Déférées entre le 25 et le 26 avril, certaines des quatre personnes mises en examen sont présentées comme des proches des "Federici", considérés par les services d'enquête comme l’une des principales organisations criminelles de Corse.

Âgé de 35 ans, Pierre Federici a été mis en examen pour extorsion, association de malfaiteurs, abus de biens sociaux et blanchiment en bande organisée. Il a été placé en détention provisoire.

Contacté ce samedi 27 avril, son avocat n'a pas donné suite.

Connu de la justice, Pierre Federici a récemment été mis en examen dans une autre enquête ouverte par le parquet de Bastia pour "jeux d'argent prohibés". Une affaire dans laquelle il a également été écroué.

Surnommé "Petit Pierre", il est le fils d'Ange-Toussaint Federici. Condamné en 2012 à 30 ans de réclusion (dont 20 ans de sûreté) pour assassinat dans le dossier de la "tuerie des Marronniers", ce dernier est présenté par les autorités policières et judiciaires comme le chef de cette bande criminelle.

Jules-André Albertini a quant à lui été mis en examen pour les mêmes motifs. Âgé de 41 ans et cousin de Pierre Federici, il a été également placé en détention provisoire.

"Mon client conteste formellement les faits qui lui sont reprochés dans le cadre de cette procédure, indique son avocat, Maître Julien Pinelli. Il est d'ailleurs parfaitement en mesure de répondre point par point à chacune des charges qui a été retenue par l'accusation. Ce sont des procédures qui sont toujours particulières, car nous sommes dans un domaine financier et d'atteinte aux biens. Nous avons tout de même le sentiment qu'au final ce que l'on reproche à mon client ne sont pas tant des faits précis que l'appartenance à une famille puisque ce sont des éléments qui sont évoqués très directement à son encontre, une antériorité liée à un environnement, à un contexte ; autant de choses sur lesquelles, finalement, il est très difficile d'apporter des réponses puisqu'elles partent avant tout de spéculations, d'hypothèses et d'allégations produites par l'accusation. Au final, elles viennent colorer une procédure en s'éloignant tout de même des éléments tangibles, qui seuls doivent nous intéresser. S'agissant de preuves, d'éléments circonstanciés et matériels, j'ai bien du mal à en trouver dans cette procédure qui puissent être opposés utilement à mon client."

Deux placements sous contrôle judiciaire

Les deux autres hommes mis en cause sont Pierre-Louis Montet et Christophe Perfettini.

Respectivement âgés de 59 ans et 48 ans, les deux hommes sont poursuivis pour associations de malfaiteurs et extorsion en bande organisée. Le premier nommé est l'un des fondateurs de la société de sécurité Sisis, le second est l'actuel directeur de l'entreprise Hestia (ex-Sisis). Tous deux ont été laissés libres et placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction de se rendre en Corse.

"Monsieur Montet s'est expliqué et conteste à juste titre et vigoureusement avoir commis quelques infractions que ce soit, a indiqué son avocat, Me Emmanuel Maestrini. Il est serein quant à la poursuite des investigations qui démontreront son innocence."

Contacté, l'avocat de Christophe Perfettini n'a, pour l'heure, pas donné suite à nos sollicitations.

Selon nos informations, l’enquête viserait également une tentative de prise de contrôle d’une entreprise touristique située en Plaine orientale.

Certaines des personnes interpellées en début de semaine par la Police judiciaire dans ce dossier devraient être déférées au parquet de Marseille ce lundi 29 avril.

Selon Nicolas Bessone, procureur de la République de la Cité phocéenne, la justice communiquera sur le dossier en début de semaine prochaine.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Corse ViaStella
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité