Pierre Savelli : "J'ai adopté un langage de vérité. Mes vérités ne sont pas faciles à entendre, mais c'est ainsi"

Publié le Mis à jour le

Le maire sortant était invité sur notre plateau, à quelques jours du second tour. Dimanche prochain, il tentera d'asseoir sa légitimité face à Jean-Sébastien de Casalta et Julien Morganti. 

Pierre Savelli compte sur les abstentionnistes pour conserver le fauteuil de maire de Bastia. 
"Nous avons été impactés, plus que les autres, par le taux historiquement bas de la participation. Nous aurons entre 12.000 et 15.000 votants, pour ce second tour, peut-être plus. Et si nous atteignons ces chiffres-là, nous serons largement élus le 28 juin prochain."

12.000 à 15.000 votants, ce ne serait pas vraiment une marée d'électrices et d'électeurs se ruant dans les bureaux de vote, un scénario que personne n'envisage sincèrement, mais une hausse significative de plusieurs milliers de bulletins. 

Un taux de participation historiquement bas

Au premier tour, avec 44 % de participation, ce sont moins de 10.000 Bastiaises et Bastiais qui avaient fait le déplacement.
Reste à savoir si ces nouveaux votants porteront leur voix sur Pierre Savelli, comme le maire sortant l'espère.


Le ton monte

D'ici là, il reste quelques jours de campagne. 
Une campagne ressemble plus à une empoignade de cour de récréation qu'à un débat d'idées...
Jean-Sébastien de Casalta et ses colistiers, visés par une série d'affaires ces dernières semaines, dénoncent une stratégie de la calomnie et de la diffamation. 
Un procès que Pierre Savelli balaie d'un revers de main :
"J'ai adopté un langage de vérité, dès le début de la campagne, voilà tout. Elles ne sont pas faciles à entendre parfois, ces vérités, surtout pour ceux à qui elles s'adressent... Mais c'est ainsi."   


Attelage

La campagne a tourné au règlement de comptes entre Jean-Sébastien de Casalta et Pierre Savelli.
Et Julien Morganti, qui ne se prive pas, lui-même, de tacler ses anciens alliés de la liste Union per a Corsica à la première occasion, est singulièrement épargné.
Parce qu'il représente une menace moindre, en raison des 12 % réalisés au premier tour...
Mais aussi, à en croire quelques esprits chagrins, parce qu'il se révèle un allié de poids. 

La volonté de travailler est là

Pierre Savelli, l'assure, la majorité sortante est loin d'être sur la même longueur d'onde que le benjamin de la campagne.
Pour autant, ses propos ne laissent guère de doutes, il est loin d'être l'adversaire du moment.

"Julien Morganti a fait le choix courageux de ne pas rejoindre l'attelage conduit par Jean-Sébastien de Casalta. Et il l'a fait en des termes très durs, qui reflètent la vérité. Mais il est macroniste, il l'a avoué, et il a, de surcroît, sur tout ce qui est langue et culture corse, une vision tres différente de la nôtre.
Mais encore une fois, nous respectons son choix."


Compétences

Quand il est question du bilan et des programmes, (cela arrive encore parfois, entre deux invectives), ses concurrents soulignent à loisir le manque de compétences du côté de la liste Bastia Piu Forte Inseme.

Là encore, Pierre Savelli estime que c'est un faux procès :
"C'est un comble d'être critiqué par un candidat qui a été absent au Conseil municipal et au Conseil communautaire depuis deux ans, et par un candidat qui s'est découvert à 60 ans la volonté, la volonté de venir en aide à son prochain. Vous les aurez reconnus. De notre côté la volonté de travailler est là, l'amour pour les Bastiaises et les Bastiais est là, et la volonté d'avancer également. Croyez-moi, l'équipe est plus que cohérente, et les compétences sont là."

Le second tour se tiendra le dimanche 28 juin