• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Trois appels à la mobilisation de Femu a Corsica durant le mois de mai 

Illustration - Assemblée générale de Femu a Corsica le 2 décembre 2018. / © Pierre Simonpoli / FVIASTELLA
Illustration - Assemblée générale de Femu a Corsica le 2 décembre 2018. / © Pierre Simonpoli / FVIASTELLA

Trois appels aux Corses « à se mobiliser solennellement et massivement » contre la politique du gouvernement. L’annonce du parti Femu a Corsica a été faite dans un communiqué dimanche 28 avril. 

Par A.A / France 3 Corse ViaStella

Le parti Femu a Corsica appelle trois fois à la mobilisation durant le mois de mai contre la politique du gouvernement. 

• Le 5 mai à Bastia lors des commémorations de la catastrophe de Furiani. 
• Le 8 mai à Ponte Novu pour les 250 ans de la bataille. 
• Le 12 mai à Galeria autour d’une grande Merendella afin de soutenir les agents du parc naturel régional de la Corse menacés dans leur gestion protectrice de la réserve de Scandola. 

Dans un communiqué, punlié le dimanche 28 avril, le parti explique cette demande. Il s’insurge, notamment, contre la mise en place de la conférence des maires, « sans fondement juridique, empiétant directement sur les compétences actuelles de la collectivité de Corse conférées par la loi, notamment dans le domaine de l’urbanisme et l’aménagement du territoire. »
 


Femu a Corsica voit dans l’installation de cette conférence des maires un souhait de « l’État de diviser et faire acte de défiance vis-à-vis des élus de la CdC. Cela n’est évidemment pas acceptable. »

 


Cette conférence des maires est l'une des promesses d'Emmanuel Macron lors de sa venue à Cozzano le 4 avril dernier. Elle a été lancée le 23 avril dernier et rassemble les représentants des communes et les services de l'État et vise à soulever les problèmes rencontrés dans les communes. Ce lancement s'est fait sans les représentants de la Collectivité de Corse. 


« Dérive » politique et « fossé » culturel


Dans le même temps, le parti revient sur l’annonce de « décentralisation » du président de la République lors de son discours concluant le grand débat national. Cette dernière « n’est vue que sous le prisme dangereux d’une ‘autonomie’ donnée aux préfets d’adapter les lois et les règlements », assure Femu a Corsica. « Le simple fait d’oser penser le transfert de responsabilité à des fonctionnaires sur le plan de l’adaptation des lois et des règlement, et non à des assemblées délibérantes d’élus qui l’ont été sur des projets et propositions pour leurs territoires et communautés est profondément antidémocratique », poursuit-il. 

 


Une « dérive » politique à laquelle le parti politique ajoute un « fossé culturel ». Il s’inquiète des propos tenue par la ministre des Sports au sujet de la catastrophe de Furiani et la programmation de cinq matches de ligue 1 le 5 mai prochain par la ligue de football professionnel. 

 


Le 5 mai 1992, l'effondrement d'une tribune avant la demi-finale de Coupe de France, qui devait opposer Bastia à Marseille, a fait 18 morts et plus de 2 300 blessés

 

Sur le même sujet

Via Stella est partenaire du Festival "Creazione"

Les + Lus