Voitures des surveillants incendiées, menaces sur le directeur, tags d'intimidation : La prison de Borgo sous tension

Depuis le début du mois de juillet, la direction et le personnel de l'établissement pénitentiaire sont visés par une série d'actes malveillants. Au moins trois enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Bastia. Ce lundi, les surveillants ont retardé leur prise de fonction en signe de protestation

Ce lundi 27 juillet des tags ont été découverts sur le mur d'enceinte de la prison de Borgo.
Ce lundi 27 juillet des tags ont été découverts sur le mur d'enceinte de la prison de Borgo. © Christian Giugliano / France 3 Corse
Ce lundi matin (27 juillet), au moment de prendre leur service, les surveillants pénitentiaires de la prison de Borgo ont découvert des tags insultants inscrits sur les murs d'enceinte de l'établissement; 
La goutte d'eau qui fait déborder le vase, car depuis trois semaines la situation à la prison se tend considérablement. En signe de protestation, les agents ont retardé leur prise de fonction ce matin, mais le mouvement social pourrait s'accentuer si les choses ne s'arrangent pas rapidement.
Les actes malveillants envers le personnel et la direction  se multiplient en effet : depuis le 8 juillet dernier, sept véhicules appartenant à des surveillants ont été vandalisés. Trois voitures ont d'abord incendiés sur le parking de l’établissement pénitentiaire, et dans la nuit de samedi à dimanche, la tension est montée d'un cran. Les trois voitures personnelles d'un couple de surveillants ont été visées par un incendie criminelle. Les faits se sont déroulés à leur domicile privé, sur le parking situé à quelque mètres seulement de leur maison. 

Selon les informations de France 3 Corse Via Stella, le directeur de la prison de Borgo aurait lui même reçu une lettre de menaces. Un événement que le parquet de Bastia n'a pas souhaité faire de commentaires.  

   
Les tags découverts sur le mur d'enceinte de la prison de Borgo lundi 27 juillet.
Les tags découverts sur le mur d'enceinte de la prison de Borgo lundi 27 juillet. © Christian Giugliano / France 3 Corse
Un des tags découverts sur le mur d'enceinte de la prison de Borgo.
Un des tags découverts sur le mur d'enceinte de la prison de Borgo. © Christian Giugliano / France 3 Corse
Une partie des personnels de la prison de Borgo a retardé sa prise de fonction.
Une partie des personnels de la prison de Borgo a retardé sa prise de fonction. © Christian Giugliano / France 3 Corse

Selon nos informations, ce contexte de tensions pourrait être lié à une enquête ouverte par le parquet de Bastia au début du mois de juillet et visant la détention illégale de téléphones portables par des prisonniers. L'affaire aurait commencé avec la saisie d'un premier téléphone lors d'une fouille organisée de façon aléatoire.

"Lors de l'analyse du portable, une vidéo a été découverte : on y voyait plusieurs détenus rassemblés pour une fête d'anniversaire, il y avait de l'alcool et on voyait très distinctement des détenus avec des téléphones portables à la main", explique une source proche du dossier. 
A la suite de cette découverte, la procureure de Bastia a confié les investigations à la gendarmerie qui a organisé une série de fouilles ciblées et saisi plusieurs téléphones illégaux. Les actes malveillants visant les surveillants et la direction de la prison pourraient donc être assimilés à des représailles de la part des proches de certains détenus. 



Ce scenario semble corroboré par une lettre anonyme circulant au sein de l'établissement pénitentiaire et que France 3 Corse s’est procurée. « À la suite d’une fête d’anniversaire, nous avons subi et accepter plusieurs fouilles générales. Mais depuis quelques semaines nous subissons des pressions permanentes de la part de la direction », indiquent les "détenus du centre pénitentiaire de Borgo". 

 
Les détenus de la prison de Borgo s'expliquent dans une lettre que s'est procurée France 3 Corse.
Les détenus de la prison de Borgo s'expliquent dans une lettre que s'est procurée France 3 Corse. © France 3 Corse


Ils poursuivent : « Nous espérons que les individus qui usent excessivement de leur autorité seront mis de côté, quelques pommes pourries ne doivent pas gâcher le panier. Pour nous, la violence est l’ultime recours. Nous espérons que nous pourrons évoluer à l’avenir dans un climat de respect et bonne entente avec les surveillants pénitentiaires à qui nous ne voulons aucun mal. »

Ce matin, un représentant de la direction interrégionale des services pénitentiaires s'est rendu à la prison de Borgo pour évoquer la situation. De son côté, le parquet de Bastia a ouvert plusieurs enquêtes visant les divers faits commis depuis le 8 juillet dernier. les investigations ont été confiées à la Section de recherches de la gendarmerie. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter