• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

8 mai 1769 : la bataille perdue de Ponte-Novo

Ponte-Novo (Haute-Corse) - Un drapeau corse marque le lieu de la bataille historique entre l'armée française et les troupes paolistes, le 8 mai 1769. / © RLM / MAXPPP
Ponte-Novo (Haute-Corse) - Un drapeau corse marque le lieu de la bataille historique entre l'armée française et les troupes paolistes, le 8 mai 1769. / © RLM / MAXPPP

Les Corses commémorent mardi la bataille de Ponte-Novo, en souvenir des partisans de Pascal Paoli, père de l'indépendance corse, défaits par l'armée française, le 8 mai 1769. Depuis 2014, l'association U Ricordu di Ponte Novu perpétue ce souvenir.

Par GB / France 3 Corse ViaStella

La bataille de Ponte-Novo marque la fin d'une guerre entre les troupes de Pascal Paoli et l'armée du roi de France, Louis XV. À la suite de cette défaite, Pascal Paoli prendra le chemin de l'exil. Son départ marque la fin de l'indépendance de la Corse qui aura duré quatorze ans, de 1755 à 1769.

Ce 8 mai 1769, voulant reprendre Lento aux Français, Pascal Paoli lance ses troupes sur trois fronts. Lors d'un premier assaut, les indépendantistes corses progressent mais se retrouvent vite confrontés à des renforts français venus de Lento et du village voisin de Canavaggia.

La contre-attaque française accule les troupes paolistes sur la rive droite du pont, côté Rostino, où 1 200 soldats français les attendent sur les hauteurs. Les Corses tentent alors de repasser sur l'autre rive, mais tombent sous le feu nourri des mercenaires prussiens chargés de défendre le pont.

Assaillies de toutes parts, les troupes corses sont laminées. C'est la fin d'une guerre de 40 ans. En 1796, le général Napoléon Bonaparte, réprimera la tentative de sécession de Pascal Paoli. Depuis, la Corse est restée française.

Depuis 2014, l'association U Ricordu di Ponte Novu, perpétue le souvenir de cette défaite, à la mémoire des milliers d’hommes qui tombèrent ce jour-là.

Intervenants - Sonia battistelli, membre de l'association "U ricordu di Ponte Novu"; Etienne Pulicani, membre de l'association "I Naziunali". Equipe - Anne-Marie Leccia, Maroin Fiamma 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les élections présidentielles tunisiennes vues de Corse

Les + Lus