• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Castagniccia : les propriétaires s’unissent pour valoriser le châtaigner

© CHRISTIAN GIUGLIANO / FTVIASTELLA
© CHRISTIAN GIUGLIANO / FTVIASTELLA

Et si le châtaigner retrouvait ses lettres de noblesse ? Pour relancer cette filière le Centre régional de la propriété forestière mise désormais sur une gestion collective.  Plusieurs propriétaires privés se sont unis pour revaloriser cet arbre dont le bois est précieux. Exemple à La Porta.
 

Par P.S.

En Castagniccia le centre régional de la propriété forestière (CAPF) tente de relancer la filière du châtaignier, une matière première noble. Et pour cela, le centre s’appuie sur un outil de gestion collective : l’association syndicale libre de gestion forestière. Des propriétaires privés adhèrent volontairement à une structure associative de valorisation.

L’outil peut par exemple permettre de financer des clôtures pour se protéger de la divagation animale, mutualiser les coûts et obtenir des aides couvrant jusqu’à 80% des besoins des propriétaires. Une aide plus que précieuse quand les parcelles sont à l’abandon depuis plusieurs années.
Castagniccia : les propriétaires s’unissent pour valoriser le châtaigner
Intervenants - Florian Galinat, ingénieur forestier au Centre Régional de la Propriété Forestière de Corse // Marie-France Cristofari, présidente de l'Association syndicale libre de gestion forestière Rapaghju-Piazzole // Christian Jeannin-Pompei, propriétaire privé _________ Equipe - Anne-Marie Leccia, Daniel Bansard

Marie-France Cristofari est à la tête d’une association syndicale créée en 2012. Elle couvre 19 hectares, rassemble huit propriétaires. Sa présidente cherche à en convaincre d’autres en soulevant la première des contraintes : l’indivision. « Le problème c’est le désaccord entre les indivis, explique-t-elle, l’enjeu en vaudrait la peine, de convaincre les indivis que leur conflit ne vaut pas grand-chose face à la rénovation et au gain qu’ils ont à obtenir. »

« Quand on voit tous les travaux à faire, c’est un peu décourageant donc s’appuyer sur une association et d’autres propriétaires ça ne peut être que bénéfique », estime Christian Jeannin-Pompei, propriétaire d’un hectare de châtaigniers à fruits.

Le CAPF veut susciter la création de nouvelles associations syndicales libres. A La Porta, plusieurs dizaines de propriétaires ont été conviés à une réunion d’information. Seulement une poignée a répondu présent.
 

Sur le même sujet

Plaine orientale : un drone « intelligent » pour adapter le travail sur les exploitations agricoles 

Les + Lus