• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

64% des Français pensent que l'État ne doit accorder “ni plus ni moins d'autonomie” à la Corse

10/12/2017 - Gilles Simeoni, tête de liste de la coalition nationaliste et Jean-Guy Talamoni célèbrent leur victoire aux élections territoriales / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
10/12/2017 - Gilles Simeoni, tête de liste de la coalition nationaliste et Jean-Guy Talamoni célèbrent leur victoire aux élections territoriales / © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

L'AFP a publié ce mercredi un sondage Elabe sur le sentiment des Français quant aux revendications politiques de la majorité territoriale. 

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

Plus de six Français sur dix (61%) ne font « pas confiance » à Emmanuel Macron et au gouvernement « pour faire avancer la situation politique en Corse » et les deux tiers se prononcent pour le statu quo en matière d'autonomie de l'île, selon un sondage Elabe diffusé mercredi.

Seules 39% des personnes interrogées font confiance à l'exécutif pour faire avancer le dossier. Pour 64% des Français interrogés, l'Etat ne doit accorder « ni plus ni moins d'autonomie » à la Corse que ce que lui confère déjà son statut particulier.

19% souhaitent « plus d'autonomie » et 16% moins pour le territoire, selon cette enquête pour BFMTV, réalisée mardi, au premier jour de la visite d'Emmanuel Macron en Corse. Les personnes interrogées sont également massivement opposées, à 74%, à l'indépendance de la Corse, contre 26% d'un avis contraire.

43% des Français sont favorables à la co-officialité de la langue


Leur jugement est en revanche plus nuancé sur un certain nombre de sujets. 57% (contre 42%) pensent ainsi que « les prisonniers dits politiques par les nationalistes » doivent « être incarcérés en Corse pour se rapprocher de leur famille ».  Seuls 27% pensent que les prisonniers dits « politiques » doivent être « amnistiés et libérés ».

Pour 53%, « la spécificité de la Corse doit être inscrite dans la Constitution », comme c'est déjà le cas de certains territoires ultramarins, et 46% estiment que « le statut de résident corse doit être créé pour réserver l'achat immobilier aux personnes résidant depuis plus de cinq ans en Corse ». La langue corse ne doit devenir la langue co-officielle sur l'île avec le français que pour 43% des Français interrogés.

Cette enquête a été réalisée en ligne le 6 février auprès de 1 002 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. La marge d'erreur est comprise entre 1,4 à 3,1 points.


Sur le même sujet

Fête de la musique : à Bastia, trois studios de répétitions mis à disposition de groupes amateurs

Les + Lus