• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Assassinat d’Antoine Sollacaro : la famille se porte partie civile

© Franck Fife / AFP
© Franck Fife / AFP

La famille de l'ancien bâtonnier d’Ajaccio, Antoine Sollacaro, assassiné en octobre 2012, a annoncé se constituer partie civile. Trois hommes, membres de bande du Petit Bar, sont soupçonnés d’avoir participé à cet assassinat. 

Par France 3 Corse ViaStella

Les deux enfants du bâtonnier d’Ajaccio, Antoine Sollacaro, assassiné en octobre 2012, ont annoncé se constituer partie civile. Jusqu’à présent, ils avaient renoncé à prendre part à la procédure, mettant notamment en avant une opposition avec la Jirs (juridiction interrégionale spécialisée) de Marseille. 
Mais ils avaient toujours dit qu’ils se constitueraient partie civile si le dossier passait aux assises.

Trois hommes, membres de la bande du Petit Bar, sont soupçonnés d’avoir participé à cet assassinat. Le 31 août dernier, le juge d’instruction a ordonné le renvoi de trois hommes devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône. Les avocats de la défense ont fait appel de cette ordonnance de mise en accusation. Lundi les débats auront lieu à Aix-en-Provence devant la chambre de l'instruction. 
 

Rivalités criminelles


Selon le magistrat marseillais, l’assassinat d’Antoine Sollacaro s’inscrirait dans des rivalités criminelles entre clans corses. Ainsi, Jacques Santoni, présenté comme le chef de la bande du « Petit Bar », est mis en accusation pour complicité d’homicide volontaire en bande organisée. 

Deux de ses proches, Mickaël Ettori et André Bacchiolelli, sont quant à eux renvoyés pour le délit d’association de malfaiteurs en vue de la préparation de cet assassinat.


 

Sur le même sujet

Sartène : des lycéens lancent leur lessive écologique

Les + Lus