• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Assemblée de Corse : la droite quitte l’hémicycle

"Clash" à l'Assemblée de Corse entre la majorité et l'opposition. Après une journée de travail sur l'organisation de l'institution, les deux groupes de droite ont quitté l'hémicycle mardi soir. Le désaccord porte sur la répartition des représentants au sein du Syndicat des énergies de Corse du Sud. 

Par France 3 Corse ViaStella

Lors de la session de l’Assemblée de Corse mardi 16 janvier, la droite quitte l’hémicycle. Elle dénonce une entorse à la démocratie. Le mode de scrutin choisi par la majorité territoriale pour désigner les huit représentants au syndicat de l’énergie de la Corse-du-Sud exclu l’opposition.

La droite aurait voulu présenter un candidat à la présidence de ce syndicat. « Il s’agit d’élire après le président de ce syndicat d’énergie de Corse-du-Sud. Il est élu non pas par ses pairs mais par les maires. Lesquels maires ont le droit à l’expression de la diversité démocratique. Tout ce qu’on demande c’est qu’ils aient le choix entre des nationalistes, des gens de gauche, de gens de droite », lance Jean-Martin Mondoloni, conseiller territorial A Strada di l'Avvena.


Garder la main sur l'outil


Toute la journée d’hier, mardi, les différents représentants de l’Assemblée ont été désignés à la proportionnelle ce qui laisse une place à l’opposition. Mais pour le syndicat de l’énergie, la majorité a opté pour le scrutin majoritaire afin d’éviter de perdre la main. « Il y a là une instance où la collectivité de Corse est le financeur principal. Et nous croyons normal que cette instance soit présidée par la majorité », déclare Petr' Anto Tomasi, conseiller territorial Corsica Libera. « L’épisode de l’office HLM nous vous le redisons tranquillement a été une fraude à la loi », continue Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse.

Cet office aurait pu être géré par la collectivité mais les élus de droite, de la communauté d’agglomération du pays ajaccien l’an dernier, ont gardé la main sur l’outil. L’opposition y voit de la part des nationalistes une attitude revancharde. « On retrouve des comportements qui ont été condamnés pendant des dizaines d’années et j’ai invité tout simplement le président de l’exécutif à prendre de la hauteur », indique Jean-Charles Orsucci, conseiller territorial Anda Per Dumane.

Le maire de Viggianello, Joseph Pucci, est pressenti pour être le candidat de la majorité territoriale à la présidence du syndicat des énergies de la Corse-du-Sud.


Sur le même sujet

Les nuits de la guitare de Patrimonio : quelles retombées économiques pour le village ? 

Les + Lus