• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bouteille en plastique non recyclé, va-t-il falloir payer plus cher?

Le gouvernement annonce la mise en place en 2019 d'un bonus-malus sur les emballages plastiques pour renforcer les filières de recyclage / © FTVIASTELLA
Le gouvernement annonce la mise en place en 2019 d'un bonus-malus sur les emballages plastiques pour renforcer les filières de recyclage / © FTVIASTELLA

Le gouvernement a annoncé la mise en place en 2019 d'un bonus-malus sur les emballages plastiques pour inciter le consommateur à choisir du plastique recyclé et pour renforcer les filières de recyclage. 

Par GB avec AFP / France 3 Corse ViaStella

Cette mesure que la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson veut mettre en oeuvre en 2019, consistera en un "bonus-malus" sur les produits à base de plastique et pourra aller jusqu'à 10% de leur prix.

La secrétaire d'État ne précise pas dans quelle proportion le dispositif abaisserait le coût des objets en plastique recyclé et relèverait celui de ceux qui ne le sont pas.

En Corse, l'entreprise des Eaux de Saint-Georges produit des bouteilles 100% recyclable. Sur 25 millions de bouteilles fabriquées chaque année, 95% sont en plastique.

"Recyclable est une chose, recyclé c'est autre chose; ça serait bien, s'il y avait un vrai système de recyclage qui se mettait en place et si enfin on pouvait trouver sur le marché des matières premières issues des produits déjà recyclés", indique Alexandre Colonna d'Ornano, responsable production Eau de Saint-Georges
 
Bouteille en plastique non recyclée, va-t-il falloir payer plus cher?
Intervenants - François Filloni, adjoint au maire d' Ajaccio en charge de l'environnement; Alexandre Colonna d'Ornano, responsable de production aux Eaux de Saint-Georges; Equipe - Alexandra Lay, Lionel Luciani.

L'industrie du plastique reste florissante : la production mondiale a progressé de plus de 40% en dix ans. Entre 2007 et 2017, elle est passée de 245 à 348 millions de tonnes, avec l'emballage comme premier débouché.
           
Des grandes enseignes ont annoncé ne plus vouloir de pailles et de vaisselle en plastique début 2019 et supprimer les emballages plastiques non recyclables de fruits et légumes bio.

En 2003, la Corse est devenue la première région de France à renoncer à l'usage du sac plastique dans la grande distribution.

La diffusion massive sur les réseaux sociaux d'images des océans et de la faune marine étouffant sous les déchets, et le lancement de certaines initiatives telles que les "Plastic Attacks" (des rassemblements de consommateurs qui entassent leurs emballages à la sortie d'un supermarché) commence à susciter des réponses politiques dans le monde.

La Commission européenne veut ainsi réduire drastiquement l'utilisation d'objets à usage unique, du coton-tige au matériel de pêche.

 

Sur le même sujet

Crise des déchets : blocage du centre d’enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu

Les + Lus