• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Caches d'armes et abus de biens sociaux : le tribunal correctionnel de Marseille renvoie le procès au mois de novembre

Marc Virdis, dirigeant de la societé S.I.T., et son avocat, maître Julien Gasbaoui, cet après-midi / © kael Serreri
Marc Virdis, dirigeant de la societé S.I.T., et son avocat, maître Julien Gasbaoui, cet après-midi / © kael Serreri

La décision fait suite à un éclairage nouveau apporté par la défense sur le volet financier de l'affaire. Le procès reprendra le 25 novembre. Onze personnes dont plusieurs figures du grand banditisme insulaire comparaissent dans ce dossier d'association de malfaiteurs et de délits financiers.
 

Par PN


Le procès de 11 personnes avait débuté hier matin devant la 7eme chambre du tribunal correctionnel de Marseille, spécialisée dans les affaires de la JIRS. 
Il devait durer jusqu'à jeudi, mais s'est interrompu en début d'après-midi. Il se tiendra du 25 au 28 novembre prochains.
 
L'ouverture du procès, hier, au tribunal correctionnel de Marseille / © Kael Serreri
L'ouverture du procès, hier, au tribunal correctionnel de Marseille / © Kael Serreri

A la suite des nouveaux élements soulevés par la Défense, le tribunal ordonne un supplément d'information. Il demande l'entier dossier de la liquidation de la société de la société ajaccienne S.I.T. au tribunal de commerce.
La S.I.T., au centre du volet financier de l'affaire, aurait fait l'objet de racket, avec, entre autre autres, des détournements d'actifs et une comptabilité fictive. 
Le tribunal, pour y voir plus clair, demande l'audition du liquidateur, ainsi que l'expertise comptable. 
En attendant, les contrôles judiciaires vont être levés. 

Hier, pour sa première journée, le procès avait abordé le premier volet de l'affaire, le stock d'armes découvert dans un garage à Ajaccio en 2010. Il s'était également attardé sur le cas de Claude Chossat. Mis en cause dans l’affaire avant d’être blanchi, l'ancienne petite main d’un baron de la Brise de Mer avait fait des révélations, permettant à l’enquête de mettre au jour un système d’abus de biens sociaux.


Dans la liste des prévenus, des noms connus : Jean Marc Bonelli et Florent Leccia, ex associés de Claude Chossat. Et surtout, Francis Castola, désigné par les enquêteurs comme un des membres de l’équipe criminelle dite du Petit Bar.

Monsieur Castola, ainsi que deux autres prévenus, ne s'étaient présentés à l'audience hier. 
Aujourd'hui, c'était le second volet de l'affaire, les infractions financières, qui devait être abordé. 
Les élements apportés par la Défense ne l'ont pas permis. 
 

Pour plus de précisions sur l'ensemble de l'affaire, cliquez ici

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus