• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Castagniccia : près des eaux d’Orezza, une chaussée en partie effondrée depuis sept mois

Sur la commune de Stazzona, à 100 mètres de l’entrée des eaux d’Orezza, la chaussée s'est effondrée suite aux dernières intempéries. / © Kael Serreri / FTVIASTELLA
Sur la commune de Stazzona, à 100 mètres de l’entrée des eaux d’Orezza, la chaussée s'est effondrée suite aux dernières intempéries. / © Kael Serreri / FTVIASTELLA

En octobre dernier, les fortes pluies et les inondations ont endommagé la départementale 506 près de la source des eaux d'Orezza, entrainant un effondrement partiel de la chaussée. Sept mois plus tard, les travaux n'ont pas été réalisés. Habitants, élus et professionnels sont inquiets. 

Par Audrey Altimare

Sur la départementale 506, les automobilistes sont confrontés à une chaussée affaissée, en partie effondrée et impraticable sur une voie de circulation. Et ce, depuis sept mois. 

En octobre dernier, de fortes pluies accompagnées d’inondations ont provoqué d’importants dégâts sur les routes de Castagniccia. Mais si la voirie a été sécurisée, les réparations n’ont pas encore été effectuées.

 
Castagniccia : près des eaux d’Orezza, une chaussée en partie effondrée depuis sept mois
Intervenants - Virginie, Habitante de Cervione ; Michel Sorbara, Maire de Valle d'Orezza ; Jean-Louis Rossi, Directeur de la Société des Eaux d'Orezza. Equipe - Kael Serreri ; Typhaine Urtizverea ; Julien Castelli.


Les élus de la microrégion commencent à trouver le temps long. « Valle d’Orezza et Rapaggio sont des villages qui vont être coupés. Si demain la route s’effondre, pour pouvoir accéder à nos villages, on sera obligé de passer par Verdese, Nocario et revenir par Campana et Piedicroce. Ce n’est pas normal », estime Michel Sorbara, maire de Valle d'Orezza. 

 

« Nous passons avec des 40 tonnes » 


Autre motif d’inquiétude : le préjudice économique. Le préjudice se trouve à quelques mètres des eaux d’Orezza. Et la départementale 506 est la seule voie d’accès à l’usine. Trois à six poids-lourds l’empruntent quotidiennement. « On est inquiet parce que si la route se dérobe de 30 centimètres, nous passons avec des 40 tonnes, ça pourrait vite devenir problématique », indique Jean-Louis Rossi, directeur de la société des eaux d'Orezza. 

La responsabilité d’entretenir la route départementale incombe à la collectivité de Corse. Contacté, le directeur du service compétent indique qu’il s’agit de travaux délicats qui nécessitent de longues expertises techniques. Selon lui, la réfection de la chaussée devrait débuter au mois de septembre prochain. 



 

Sur le même sujet

Entretien avec Anna-Livia Donati, Santa di u Niolu

Les + Lus