• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Castellare-di-Casinca : la foire de la Saint-Pancrace attire toujours autant

© Christian Giugliano/FTVIASTELLA
© Christian Giugliano/FTVIASTELLA

Année après année, le succès de la foire de la Saint-Pancrace, en Casinca, ne se dément pas. Au pied de l'église Saint-Pancrace, une cinquantaine de stands, qui font la part belle aux divertissements. Ce dimanche, un concours équestre est venu parachever quatre jours d'animations.

Par France 3 Corse ViaStella

C'est ce qu'on appelle la maniabilité à cheval. On est loin des compétitions, et des courses. À la foire de Saint-Pancrace de Castellare-di-Casinca, quelques exercices à effectuer, pour mettre en avant la complicité entre le cheval et son cavalier.

Et les cavaliers, mais surtout les cavalières, en nombre, sont venus de toute la Corse. « C’est un bon travail pour s’améliorer avec le cheval, avoir de la confiance », explique l’une d’entre eux.




Démonstration de cheval, Tundera ou dressage canin, les ateliers de ce genre se sont succédés durant quatre jours. Mais autant le dire, ce qui domine, ce sont les plaisirs du ventre. Des stands en tous genres, à perte de vue, proposent des produits corses, mais aussi les classiques du genre comme la barbe à papa.


« C’est une vitrine »



Les foires comme celles de Saint-Pancrace sont devenues un rendez-vous incontournable pour ces professionnels. « Ce sont les plus représentatives, avec celle du Niolu, celle d’Île Rousse. On a aussi fait Art’è Gustu il y a quelques jours. C’est une vitrine pour les mariages ou pour d’autres manifestations, pour les touristes aussi. Pour leur montrer qu’on a des valeurs, qu’on a des coutumes et qu’on les entretient », estime Christine Carta, commerçante.

Les coutumes, et puis les manèges. Par dizaines... Jusqu'à parfois, se croire à la foire du Trône et plus à Castellare-di-Casinca. Mais les visiteurs en redemandent.
Et puis, année après année, pas très loin, l'église et Saint-Pancrace veillent toujours. Afin que ceux qui préfèrent les cierges aux gaufres au nutella trouvent aussi leur place.


Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus