Cercle de jeux Cadet: un membre du grand banditisme corse mis en examen

Des jetons posés sur une table de jeu, lors d'un partie de poker au casino. / © DENIS CHARLET / AFP
Des jetons posés sur une table de jeu, lors d'un partie de poker au casino. / © DENIS CHARLET / AFP

Jean-François Federici, membre d'un clan influent en Corse, a été mis en examen dans l'enquête sur de possibles détournements de fonds au cercle Cadet, ancien cercle de jeu parisien fermé en 2014, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

Comme l'a révélé Le Monde, Jean-François Federici, a été mis en examen le 16 novembre pour "extorsion", "recel d'abus de biens sociaux" et "association de malfaiteurs" par les juges d'instruction parisiens en charge du dossier, selon cette source.

Bien connu dans le milieu du grand banditisme, il est actuellement incarcéré dans un autre dossier après sa condamnation en janvier dernier à 30 ans de réclusion criminelle à Aix-en-Provence pour un double meurtre sur fond de vendetta entre familles corses rivales. Il a fait appel.

Dans l'affaire parisienne, les enquêteurs le soupçonnent d'avoir récupéré de fortes sommes d'argent en liquide issues du détournement de recettes du cercle de jeux Cadet, situé dans la rue éponyme du centre de la capitale.

Une dizaine de protagonistes dont le gérant Serge Kasparian ont déjà été mis en examen par les juges de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris, qui traite des dossiers complexes en lien avec la criminalité organisée. 

Guerre des clans

Après quatre ans de cavale, Jean-François Federici avait été arrêté en 2016 soupçonné d'avoir participé au double assassinat commis en Haute-Corse en 2011 de François-Antoine Mattei, 63 ans, et de son cousin, Jean-Baptiste Mattei, 43 ans.

Pour l'accusation, ces meurtres venaient en riposte à l'exécution d'un membre de la famille des Costa, du village de Moltifao, alliée au clan Federici, dont le chef Ange-Toussaint Federici - frère de Jean-François - est surnommé le "berger-braqueur de Venzolasca".

Soumis à une législation souple et ancienne, les cercles de jeux, ont été secoués ces dernières années par plusieurs affaires retentissantes, comme celle du cercle Wagram qui avait mis en lumière l'implication du banditisme corse.

Depuis 2008, neuf cercles, dont Cadet, et plus récemment le Club anglais en février dernier, ont été fermés sur les dix que comptait Paris.

A partir du 1er janvier 2018, des clubs "à la londonienne", cercles de jeux avec une juridiction et une fiscalité encadrées, pourront ouvrir à titre expérimental.

Sur le même sujet

Ajaccio : une épidémie de gale à l’hôpital Eugénie

Les + Lus