• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse : le billet du deuxième parent d'un enfant malade soigné sur le continent sera désormais remboursé

L'annonce a été faite par la ministre Jacqueline Gourault en visite à Ajaccio ce week-end. / © Sebastien JARRY / maxppp
L'annonce a été faite par la ministre Jacqueline Gourault en visite à Ajaccio ce week-end. / © Sebastien JARRY / maxppp

La ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, a annoncé lors de sa visite en Corse vendredi dernier le remboursement par l'Assurance Maladie du billet du deuxième parent d'un enfant malade contraint d'être soigné sur l'Hexagone. Une victoire pour les associations.

Par Emma Derome

Le deuxième parent d'un enfant malade soigné sur le continent pourra se faire rembourser ses déplacements par l'Assurance Maladie. C'est la mesure annoncée par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, lors de sa venue en Corse du 15 au 17 mars.

Cette nouvelle a réjoui l'association Inseme, qui réclame cette mesure depuis sa création, il y a dix ans. "Les choses avancent enfin de manière concrète pour les Corses contraints de se rendre sur le continent pour accéder à des soins." a-t-elle réagi sur sa page Facebook
 

Jusqu'à présent, en cas de maladie grave ne pouvant être traitée que sur l'Hexagone, comme les cancers, les voyages d'un seul accompagnant étaient remboursés par la sécurité sociale. Une disposition nationale qui s'appliquait également pour la Corse, qui n'est pas dotée des mêmes infrastructures en termes de soins, notamment pédiatriques. 

Un voyage pour Paris coûte en moyenne 250€ l'aller-retour, 150€ pour Nice ou Marseille. Des déplacements qui peuvent se multiplier, jusqu'à plusieurs fois par mois. Pour Laetitia Cucchi, présidente de l'association Inseme, cette mesure était nécessaire. 

Le fait que deux parents soient aux côtés de leur enfant c'est primordial pour la guérison de l'enfant, les médecins le disent, et d'un point de vue humain, tous ceux qui ont des enfants le savent, il est impossible d'avoir un enfant gravement malade et que les deux parents ne soient pas à ses côtés. C'est juste inimaginable.

 Reste à connaître les modalités d'applications de cette annonce. Un décret pourrait permettre d'aller vite, pour répondre à la forte attente des familles. En 2017, 3000 déplacements ont concerné les enfants ou adolescents mineurs, dont 1800 pour des affections de longues durées. 
 

 

Sur le même sujet

Ajaccio : reconstitution de la bataille d'Austerlitz au Casone

Les + Lus