• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

En Corse, le beau temps du début de l'année ravit et inquiète

Le feu de Calenzana, en février dernier. 1300 hectares étaient partis en fumée. / © France 3 Via Stella
Le feu de Calenzana, en février dernier. 1300 hectares étaient partis en fumée. / © France 3 Via Stella

Le temps sec et les températures douces font exploser les ventes des jardineries mais inquiètent aussi les agriculteurs et les soldats du feu, qui craignent une saison sèche plus difficile et plus longue que l'année dernière.

Par France 3 Via Stella

En ce mois de mars, la foule défile déjà dans les jardineries. Le peu de pluies et les températures clémentes ont manifestement donné l'envie au gens de réinvestir leur jardin. Avec un mois d'avance, le soleil a dopé les ventes. Cette jardinerie de Lucciana compte 20% de chiffres supplémentaires par rapport à l'an dernier à la même époque, selon son gérant, Jean Unbekandt-Cacciaguerra.

En ce qui concerne les plans potager, les salades ont un beau succès, les tomates ça commence, et toutes les fleurs de saison ont déjà bien démarré aussi.

Un bon début d'année pour l'instant, mais le monde agricole reste pourtant inquiet quant aux prochains mois qui s'annoncent particulièrement secs,
tout comme les soldats du feu qui sont déjà sur le qui-vive à chaque épisode de vent. L'année pourrait être plus difficile et longue que prévue, selon le commandant Nicolas Zuntini, du SIS de Haute-Corse.

Si la tendance reste la même jusqu'au mois de juillet, non seulement la saison estivale va s'annoncer très difficile, mais aussi très longue car elle pourrait commencer plus tôt que la saison 2018 et éventuellement terminer plus tard.

 ► Reportage de François-Albert Bernardi, Pierrick Nannini et Jacques Antomarchi

L'écobuage représente quatre à cinq sorties par jour pour les pompiers. Soit parce qu'ils sont mal maîtrisés, soit parce qu'ils représentent des risques. Cette pratique de débroussaillement par le feu est autorisée à partir du moment où le vent est faible et qu'une arrivée d'eau se trouve à proximité.

L'État est très clair ; la situation implique une vigilance et une prévention accrue.

Il s'agit d'un travail collectif ; l'État, les collectivités territoriales, les mairies, et essentiellement les citoyens. Il est important que chacun prenne ses responsabilités.

Les effets de la sécheresse se font déjà sentir sur la végétation. Le feu devient un danger, même hors saison estivale. Dernière catastrophe en date, le feu de Calenzana au mois de février dernier. L'incendie avait détruit plus de 1300 hectares de végétation.
 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus