Primaire à droite : la bourde de Jean-Frédéric Poisson sur la Corse

Leçon de géographie pour Jean-Frédéric Poisson lors du débat de la primaire à droite jeudi soir. Le candidat a présenté la Corse comme un... "département", avant d'être repris par Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. "Oui deux départements c’est juste, mais un peuple". a-t-il ajouté. 

Par France 3 Corse ViaStella


La question de la Corse lors du débat à la primaire de la droite et du centre jeudi soir a donné lieu à des questions de géographie, plus que de politique.

"Un mot sur la Corse, c’est quand même un département particulier, à part, dans notre pays", a d’abord lancé Jean-Frédéric Poisson (dès la 20e seconde dans la vidéo ci-dessous).


"Même deux", lui a fait aussitôt remarquer Alain Juppé, tandis qu’on entend ses concurrents rirent discrètement.

"Oui deux départements c’est juste, mais un peuple", s’est repris M. Poisson.

"Non, non", répondent certains. Finalement Nicolas Sarkozy qui a tranché : "Deux départements avec une identité Corse."

"D’accord, a concédé Jean-Frédéric Poisson, mais je maintiens ce que je dis. Et je sais l’affection que je leur porte et vous me permettrez de l’exprimer de cette façon."

"Autonomie"

Finalement, le candidat a exprimé sa vision de la politique pour l’île : "Il y a en Corse, un peuple, il y a un besoin d'autonomie. Il faut l'entendre."

Sur la collectivité unique, les candidats, à l’exception de Bruno Lemaire, se sont prononcés en faveur de plus de décentralisation. Alain Juppé a déclaré qu’il faudrait « revoir un peu les conditions dans lesquelles [la] collectivité unique se mettra en place. »

Pour Jean-François Copé, «il faut absolument fusionner les départements et les régions en faire une seule collectivité. »
Primaire à droite : le débat sur l'autonomie des régions

Nicolas Sarkozy a lui rappelé sa volonté d’inscrire la spécificité de la Corse dans la Constitution : «Je souhaite revenir à la réforme du conseil territorial. Nous ferons un grand redécoupage, le conseiller territorial permettra de rapprocher départements et régions », a-t-il déclaré.

Mais pour Bruno Le Maire : "on garde communes, départements et régions."

L’autonomie a été mentionnée plus discrètement dans le débat que lors des visites des candidats en Corse: « L’autonomie existe, la Corse a un statut particulier depuis des années et des années. […] il ne faut pas avoir peur de ce mot, qui n’est pas nouveau. L’autonomie n’est pas la séparation », avait déclaré Alain Juppé.

Nicolas Sarkozy avait renchérit : « Je pense qu’il faut faire confiance aux Corses, qu’il faut donner davantage d’autonomie à la Corse. »
Mais comme nous l’avions évoqué avec un spécialiste de droit constitutionnel, tous les candidats ne pensent pas la même chose en évoquant « l’autonomie » en Corse.

A lire aussi

Sur le même sujet

ITW- irruption du STC dans les locaux de l'office public de l'habitat de Haute-Corse

Les + Lus