• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse : pas de dialogue de sourds entre Bruno Le Maire et Gilles Simeoni, mais de vifs échanges

© Dominique Moret/FTVIASTELLA
© Dominique Moret/FTVIASTELLA

Pas de dialogue de sourds entre la majorité territoriale et Bruno Le Maire. Le ministre se serait montré à l'écoute des élus qu'il a rencontrés. Notamment au sujet de l'autonomie fiscale de la Corse. Ceci n'a toutefois pas empêché un vif échange entre les deux hommes.

Par France 3 Corse ViaStella

Ce mardi, entre Gilles Simeoni et Bruno Le Maire, les relations semblaient a priori plutôt détendues. Pourtant, à la demande de l'ouverture d'un dialogue sur un statut fiscal, la réponse fuse.

« Si je tends la main, ce n’est pas pour me la faire mordre. Quand le président de l’Assemblée de Corse, je passe 45 minutes avec lui et nous avons une discussion constructive, et qu’à peine 30 minutes plus tard, sur les réseaux sociaux, on dit que c’est du trompe l’œil et que ça ne sert à rien. Dans ce cas-là, vous restez chez vous et je reste chez moi », précise le ministre de l’Économie et des Finances.


© Dominique Moret/FTVIASTELLA
© Dominique Moret/FTVIASTELLA


Le président du conseil exécutif va défendre son homologue de l'Assemblée. « Il y a aujourd’hui une interrogation profonde sur la capacité du gouvernement et de l’État à vouloir véritablement construire le chemin que nous voulons emprunter avec vous », rétorque-t-il.

Urgence


Pourtant, le constat sur l'économie témoigne de l'urgence à agir. Ainsi, le coût de l'insularité est estimé entre 700 millions d’euros et un milliard d'euros par an pour l'économie insulaire. Le PIB est plus faible, les prix, les taux de pauvreté et de chômage sont plus élevés que sur le continent. Ce sont les premiers résultats d'un rapport de l'inspection générale des finances.

Corse : pas de dialogue de sourds entre Bruno Le Maire et Gilles Simeoni, mais de vifs échanges
Intervenant : Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances. Reportage : Dominique Moret, Marc-Antoine Renucci, Jean-Jérôme Delsol.


Sa rédaction définitive donnera lieu à des mesures. « Nous sommes prêts à donner davantage de responsabilités fiscales aux élus corses et aux représentants de la Corse. Mais la contrepartie de ça, c’est que si vous êtes responsables, vous avez moins de dotations venues de l’État. Mais je pense que c’est un pari qui peut être intéressant », souligne Bruno Le Maire.

Ce mardi matin, le ministre de l'Économie et des Finances s'est rendu à bord du « Vizzavona ». Ce navire, affrété par la Corsica Linea, vient renforcer la flotte notamment sur le Maghreb. Les cheminées sont équipées de filtres afin de répondre aux nouvelles normes environnementales.


A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : inquiétudes et questionnements autour du futur plan local d’urbanisme

Les + Lus