• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse : la saison de la traite des chèvres va commencer, et les tests sanitaires obligatoires aussi

© Jennifer Cappai / FTVIASTELLA
© Jennifer Cappai / FTVIASTELLA

Les bergers préparent le début de la saison de la traite des brebis et des chèvres. Et qui dit traite dit tests sanitaires. Tous doivent respecter des normes sous peines de se voir refuser des aides financières. 

Par France 3 Corse ViaStella


Dans une exploitation de la région ajaccienne, les brebis viennent de mettre bas. Pour Léon, éleveur, cela marque le début de la saison. D’ici le mois de décembre, il devra préparer ses agneaux à la vente

Léon doit se plier à la norme et amener ses animaux à l’abattoir. Il y a 30 ans, à ses débuts, les méthodes étaient bien différentes. « On tuait à la ferme. La direction départementale et le service vétérinaire venaient nous les tamponner et on vendait très bien. Aujourd’hui, on va tuer un agneau, on va l’amener à l’abattoir. Emmener un agneau à l’abattoir qui est vendu rien du tout, une fois payées les charges de l’abattoir… il ne vous reste plus rien » déplore-t-il. 

 
Corse : la saison de la traite des chèvres a commencé, et les tests sanitaires obligatoires aussi
Intervenants - Léon Luciani, Berger (Golfe de Lava) ; Saveriu Bocognano, Berger (Cauro) Equipe - Lionel Luciani ; Jennifer Cappai ; Wendy Martini.

 

Fromagerie lessivable


Pour un éleveur de la plaine de Saint-Jean, c’est le même programme. Pour être aux normes, il devra effectuer une batterie de tests : une prise de sang annuelle sur 20 % de son troupeau pour détecter la maladie de la brucellose et un vaccin contre la fièvre catarrhale. 

Saveriu Bocognano fabrique et vend du fromage, il faut donc ajouter l’analyse de lait en début et en fin de saison et un test sur le produit fini à partir de fromages affinés et frais. 

Si tout se passe bien, les contrôles s’arrêtent ici. « Au niveau des animaux du cheptel si tout se passe bien, il n’y a pas besoin de complications, des faire des analyses et des prises de sang et des machins pour rien. Il y a des analyses obligatoires tous les ans, que l’on fait. Selon les résultats, il n’y a pas de problème. S’il y a des maladies, il faut refaire d’autres analyses plus poussées pour savoir ce que c’est », indique l’éleveur. 

Côté fabrication, il doit se doter d’une fromagerie lavable et lessivable avec un sas d’entrée, un laboratoire, une pièce d’égouttage et une chambre froide. Autant de normes susceptibles de changer d’une année à l’autre et que le berger devra respecter. 



 

Sur le même sujet

Corse : la saison de la traite des chèvres a commencé, et les tests sanitaires obligatoires aussi

Les + Lus