• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Délégation de service public maritime : Gilles Simeoni rappelle le règlement

Le 12 novembre, la candidature de la Corsica Ferries dans le cadre de la future délégation de service public maritime a été rejetée. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Le 12 novembre, la candidature de la Corsica Ferries dans le cadre de la future délégation de service public maritime a été rejetée. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Ce vendredi, le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, est revenu sur le rejet de la candidature de la compagnie Corsica Ferries concernant la délégation de service public maritime dans un communiqué. Il revient notamment sur quelques points du règlement. 

Par A.A/ France 3 Corse ViaStella avec AFP


« Des déclarations publiques et médiatiques réitérées et inexactes ». Ce vendredi, afin de contrer les dires du président de la Corsica Ferries, dont la candidature à la future délégation de service public (DSP) maritime a été rejetée le 12 novembre dernier, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, a tenu à revenir sur quelques points du règlement dans un communiqué. 

Il soutient que la commission de DSP est la seule « compétente » pour établir la liste des candidats et pour se faire doit examiner la « recevabilité » de chaque candidature déposée. Ainsi, Gilles Simeoni assure qu’à l’ouverture des plis, les membres de cette commission ont constaté que l’offre de la Corsica Ferries ne « respectait pas les exigences du règlement »

 

 

Clés USB manquantes ? 


Ce dernier impose aux candidats de fournir un exemplaire papier et cinq exemplaires numériques sous forme de clés USB. Des clés USB qui « faisaient défaut dans le dossier » de la compagnie rejetée. Le président du conseil exécutif de Corse affirme que la collectivité de Corse « fera valoir avec sérénité ses arguments devant la juridiction éventuellement saisie » par le candidat écarté. 

 



De son côté, le président de la Corsica Ferries, Pierre Mattei, insiste : « On nous reproche de ne pas avoir fourni de copie informatique numérisée des documents papiers fournis, alors qu'elle est bien dedans. » Il juge le motif de rejet « inutile et totalement absurde puisqu'ils ont les éléments papiers pour juger de notre candidature et de la capacité de Corsica Ferries à opérer un service maritime entre la Corse et le continent. »

Le 5 novembre dernier, Corsica Ferries, Corsica Linea et la Méridionale, avaient déposé leur candidature à l’Office des transports de la Corse pour la DSP maritime qui prendra effet en octobre 2019.

 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Oscaro racheté par la maison mère d'Autodis

Les + Lus