• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

DOSSIER. Le travail de “lobbying” des trois députés nationalistes à Paris

Les trois nouveau députés nationalistes lors de leur rentrée administrative vendredi 23 juin à l'Assemblée nationale. / © AM LECCIA / FTVIASTELLA
Les trois nouveau députés nationalistes lors de leur rentrée administrative vendredi 23 juin à l'Assemblée nationale. / © AM LECCIA / FTVIASTELLA

Huit mois après leur élection, les trois députés nationalistes ont entamé leur travail de « lobbying » à l’Assemblée nationale, pour faire avancer le dossier corse. Des revendications pourtant loin des débats parlementaires quotidiens.

Par Anouk Passelac

Ils sont trois : Jean-Félix Acquaviva, Michel Castellani et Paul-André Colombani. Trois nationalistes entrés à l’Assemblée nationale en juin dernier. Ils ont été élus pour mettre en avant la spécificité de la Corse.

Mais leurs revendications portent peu au sein du Palais Bourbon. Aux yeux des autres députés et des médias, ils apparaissent comme les représentants d’un exécutif territorial, bien loin donc, des préoccupations quotidiennes des parlementaires.

DOSSIER. Le travail de « lobbying » des trois députés nationalistes
Intervenants: Michel Castellani, député de Haute Corse, non inscrit / Jean Jacques Ferrara, député de Corse du Sud, Les Républicains / André Colombani, député de Corse-du-Sud, non inscrit / Eric Coquerel, député Seine-Saint-Denis, La France insoumise / Charles de Courson député de la Marne, UDI / Jean-Paul Dufrègne, député de l'Allier, Gauche Démocrate et républicaine / François Pupponi, député du Val d'Oise, Nouvelle Gauche / Richard Ferrand, député du Finistère, La république en Marche / Arnaud Ardouin, journaliste à La Chaine Parlementaire. Reportage: Florence Antomarchi, Stéphane Agostini, Anastasia Mordin.

 

Se montrer et se faire entendre


Perdus dans la masse des 577 députés, les nationalistes viennent dans l’hémicycle avec une stratégie claire : dès que possible intervenir pour démontrer « la particularité » de la Corse.

Lors d’une session consacrée au cadre géographique des prochaines élections européennes, Jean-Félix Acquaviva en profite pour rappeler la position nationaliste : la corse circonscription à part entière. Ce n'était pas du tout au menu, cela n'aura aucun impact législatif mais qu'importe. « On a défendu le fait que la Corse était dans une situation particulière. Ensuite,  comme notre amendement n’a pas été retenu on a laissé passer la loi » se satisfait, Michel Castellani.

Faire progresser les revendications nationalistes corses à l'Assemblée nationale française : le paradoxe est assumé. Jusqu'à présent  les « natios » n'ont d'ailleurs même pas cherché à coopérer avec celui qui est devenu « l'autre député corse », Jean Jacques Ferrara membre des Républicains.
 

Objectif : réviser la Constitution


Quand ils ne sont pas à l’Assemblée, les députés passent leur temps dans leurs bureaux situés dans la rue adjacente. Avec quatre de leurs collaborateurs ils peaufinent textes et rendez-vous, et découvrent pas à pas l’institution. André Colombani détaille :

Le système est complexe. Même si on a un accueil très favorable individuellement au niveau des députés, ils fonctionnent dans des grands groupes avec des disciplines de groupes. Donc c’est très difficile de faire changer les positions mais on ne désespère pas.

Il y a deux mois, Gilles Simeoni, le président de l'exécutif corse territorial, interviewé par Jean-Jacques Bourdin, affichait un objectif ambitieux : obtenir la majorité des 3/5 de parlementaires (députés et sénateurs) pour réviser la Constitution et y inscrire la spécificité de la Corse.

 

« Lobbying » pour trouver des alliés


Depuis, le débat s'est précisé autour des articles de la constitution pour la Corse : 72 coté gouvernement contre 74 coté nationalistes. La France insoumise prône l’article 74 mais moins par ralliement aux députés nationalistes que par opposition à Emmanuel Macron et par pur jacobinisme disent-ils.

Quid des autres députés ? L’infatigable Michel Castellani n’oublie pas, en toute occasion de faire son « lobbying » selon ses mots. Il entame des discussions avec ses confrères pour tenter de les convaincre, mais les résultats sont peu probants.

« On peut parfaitement augmenter les compétences de nos collègues de l’Assemblée territoriale corse sans modifier la Constitution », indique Charles de Courson député de la Marne (UDI). Jean-Paul Dufrègne, député de l'Allier (Gauche Démocrate et républicaine) concède un peu gêné qu’il penche pour l’article 72. Voilà nos députés assez loin du but fixé des 3/5e du Congrès…
 

Les représentants de l’exécutif corse


Le dossier corse ne se joue pas vraiment à l'Assemblée et  la presse perçoit les trois députés nationalistes comme les représentants d'un exécutif régional, bien loin des questions qui animent, au quotidien, le débat parlementaire.

Arnaud Ardouin, journaliste à La Chaine Parlementaire décrypte leur image :

Eux ce qu’ils nous renvoient c’est des revendications qui sont liées intimement à leurs débats insulaires : l’écologie, la fiscalité... Mais qui sont propres à des votes qui ont déjà eu lieu à l’Assemblée territoriale. Donc on ne peut pas se permettre d’inviter des députés corses sur des thématiques très générales. Et d’ailleurs ils ne viendraient pas !

Un hiatus que tentent de combler ces députés très particuliers, même si ce décalage est inhérent à leur projet politique.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse-du-Sud : 15 tonnes de verre collectées chaque jour auprès de 200 bars et restaurants

Les + Lus