Écologie : la Corse veut dynamiser l'économie circulaire

L'économie circulaire permet de limiter le gaspillage des ressources et l'impact environnemental / © FTViaStella
L'économie circulaire permet de limiter le gaspillage des ressources et l'impact environnemental / © FTViaStella

Le SYVADEC, l'établissement de valorisation des déchets en Corse, a organisé le 2 juillet un forum du recyclage. Une journée d'échange et de partage d'expérience pour les entrepreneurs éco-responsables, et un moyen de d'encourager l'économie circulaire pour les pouvoirs publics.
 

Par Axelle Bouschon

Fabriquer une litière à base de bouts de cartons, lancer une gamme de mobiliers urbains à partir de paillettes de plastiques, ou encore utiliser du verre transformé dans la fabrications de blocs en béton et de remblais routier...

Le mardi 2 juillet, à Borgo, plusieurs entrepreneurs venus de Corse, du continent et même des DOM-TOM s'étaient déplacés pour présenter leur concept éco-responsable. Un rendez-vous à l'initiative du SYVADEC, l'établissement corse de valorisation des déchets, qui organisait un forum du recyclage.

Objectif : inviter aux "échanges et aux partages d'expériences" entre entrepreneurs, et avec les pouvoirs publics, afin de "favoriser la création d'un réseau indispensable à la création de projets locaux".

Car le but premier du SYVADEC avec ce forum, c'est justement d'encourager au développement de l'économie circulaire en Corse.

Comprenez par là une économie qui vise à limiter le gaspillage des ressources et l'impact environnemental, notamment avec le recyclage des matériaux.
 

Initiatives peu nombreuses




Depuis 2016, l'entreprise Centrale Corse Bio, à Bastia, fabrique du savon dégraissant à partir d'huiles alimentaires usagées. Une idée originale pensée par son directeur, Philippe Salvi :


"Un litre d'huile alimentaire usagée pollue 1 000 litres de nappes phréatiques, si on transforme ce litre en savon, il disparait à 98% en 28 jours."


Son entreprise alimente aujourd'hui en Corse plusieurs grandes surfaces et magasins spécialisés.

Mais les initiatives comme celle de Philippe Salvi restent encore trop peu nombreuses en Corse. La valorisation des déchets n'en est encore qu'à ses débuts sur l'île.
 



Urgence



La question de la gestion des déchets est d'autre plus urgente que la Corse n'est pas bon élève dans la matière : chaque année, les Corses produisent en moyenne 453 kilos de déchets par an et par habitant, contre 261 kilos au niveau national. C'est l'un des records européens. Et sur l'ensemble, seulement 13% des ordues ménagères seraient recyclées (56 kilos, contre 76 kilos pour l'ensemble français).

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Manon Lescaut

Les + Lus