• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Énergie : Stepsol, la startup corse qui veut rendre des zones reculées autonomes grâce au solaire 

Stepsol est une société qui a conçu et développe une solution de stockage d'énergie à partir de l'énergie solaire. / © Stéphane Lapera / FTVIASTELLA
Stepsol est une société qui a conçu et développe une solution de stockage d'énergie à partir de l'énergie solaire. / © Stéphane Lapera / FTVIASTELLA

Stepsol est une société qui a conçu et développe une solution de stockage d'énergie à partir de l'énergie solaire. Ce dispositif peut rendre autonome des zones reculées. 

Par France 3 Corse ViaStella

Stepsol est une startup née il y a trois ans. Elle a été imaginée par Didier Pierrat-Agostini, le concept : stocker des énergies renouvelables en profitant de l'ensoleillement et du relief

« Le système est assez simple : c’est un bassin bas, un bassin haut, une pompe, une turbine et on fait fonctionner ce système via des panneaux solaires. Cette technologie est appropriée à des villages de bout de ligne. En Corse, on a un certain nombre de villages de bout de ligne. Nos dimensionnements, c’est pour rendre autonome des villages », précise-t-il. 
 
Énergie : Stepsol, la startup corse qui veut rendre autonome des zones reculées grâce au solaire 
Intervenants - Didier Pierrat-Agostini, Responsable de Stepsol ; Pierre-François Damiani, Etudiant Paolitech en stage chez Stepsol ; Gregory Bouvet, gérant d'un bureau d'etudes en Nouvelle Caledonie. Equipe - Pierre Simonpoli ; Stéphane Lapera ; Dominique Lameta.


Difficile d'évaluer le coût d'une telle technologie, mais pour mieux comprendre son fonctionnement, Pierre François Damiani, étudiant en école d'ingénieurs, explique : « La journée, le soleil fait fonctionner les panneaux solaires. Ça va actionner la pompe pour monter l’eau vers le bassin. La nuit, lorsque les panneaux solaires ne fonctionnent plus l’eau va descendre sur la turbine vers le bassin bas qui va permettre de générer de l’énergie et de décaler dans le temps la production solaire. »

Une explication concrète, et pour cause Pierre-François pour présenter la startup à du public.
 

« C’est une technologie qui a toute sa place en Nouvelle-Calédonie »


Après trois ans de recherche et développement au sein de la plateforme paglia orba de l'Université, l'entreprise rentre dans une phase de commercialisation, rencontre pouvoirs publics et professionnels.

Ce jour-là, des ingénieurs sont venus de Nouvelle-Calédonie pour découvrir Stepsol. « C’est une technologie qui nous intéresse et elle a toute sa place sur l’île de Nouvelle-Calédonie. Il y a du soleil, du vent, du dénivelé, tout correspond », souligne Gregory Bouvet, gérant d'un bureau d'études en Nouvelle-Calédonie. 

Didier Pierrat-Agostini reprend : « On passe à la commercialisation et l’internationalisation. On a besoin de lever des fonds. Depuis 15 jours, on est sur une plateforme de financement participatif qui s’appelle Wiseed. »

Une levée de fonds qui permettrait notamment à la startup d'embaucher du personnel. L’entreprise devra ensuite démarcher et convaincre communes et collectivités. 


 

Sur le même sujet

Ajaccio : reconstitution de la bataille d'Austerlitz au Casone

Les + Lus