Environnement : comment sont gérées les forêts corses ?

Les trois quarts des forêts corses sont privées, les autres sont gérées par l’office national des forêts. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Les trois quarts des forêts corses sont privées, les autres sont gérées par l’office national des forêts. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

La Corse est la région de France la plus boisée. Les trois-quarts des forêts de l’île sont privées, les autres sont gérées par l’office national des forêts qui doit concilier les intérêts des producteurs de bois, des randonneurs et les besoins de la nature. 

Par A.A / France 3 Corse ViaStella

Jean Alessandri possède 10 hectares de forêt. Il est un petit propriétaire forestier, comme près de 70.000 autres personnes en Corse. 

Dans sa forêt privée d’Alata vivent sangliers, hérissons, renards et tortues d’Hermann : le reptile le plus menacé de France. Une petite bulle de biodiversité. « C’est une démarche écocitoyenne. Ceux qui ont la chance de posséder une forêt, privés ou collectivités, il faut qu’ils en prennent soin et qu’ils s’impliquent dans sa protection et sa gestion raisonnée », estime l’enseignant à la retraite. 

 
Environnement : comment sont gérées les forêts corses ?
Intervenants - Jean Alessandri, Propriétaire forestier privé ; Philippe Caramelle, Directeur territorial adjoint - O.N.F. Corse ; Sébastien Lebre, Technicien territorial - O.N.F. Corse ; Sandra Guy, Cheffe de projet environnement - O.N.F. Corse. Equipe - Martin Cauwel ; Ophélie Perroux ; Sylvie Loigerot ; André Girardin.


Plus de la moitié de la Corse est recouverte de forêt, ce qui en fait la région la plus boisée de France. Les trois-quarts sont privés, les autres appartiennent à des communes ou à la collectivité de Corse. 

Des zones gérées par l’Office national des forêts (ONF). « On empêche les engins forestiers le long des ruisseaux, par exemple. C’est une gestion assez complexe, même si elle ne saute pas aux yeux. Mais on ne se contente pas de laisser pousser les arbres et de les couper », soutient Philippe Caramelle, directeur territorial adjoint de l’ONF Corse.
 

Sittelle corse


Parmi les préoccupations de l’ONF : l’environnement. Un petit oiseau de quelques grammes dessine ainsi, comme les engins de bûcheronnage, les forêts de pins laricio : la sittelle corse. « Là, c’est un îlot sittelle, c’est matérialisé à la peinture avec un double trait blanc. Le bûcheron est interdit dans cette zone. Il n’y aura aucune action forestière, même un tracteur ne va pas entrer dedans », explique Sébastien Lebre, technicien territorial de l’ONF Corse. 

 


Auparavant, les bûcherons retiraient tous les grands arbres d'une parcelle quand ils arrivaient à maturité, quand leur bois était le plus rentable. Mais c'est à cet âge, vers 200 ans, qu'ils produisent le plus de graines, que mange la sittelle. Les oiseaux y installent aussi leurs nids, quand les troncs morts se décomposent. Les plus beaux pins sont désormais laissés dans la forêt.

Mais il faut de tout pour faire une forêt : certaines parcelles continueront d'être gérées selon l'ancien modèle. La coupe des grands arbres favorise une autre végétation, et permet la production de bois. 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : l’État annonce une nouvelle centrale thermique au gaz en 2023 

Les + Lus