• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse : les hôpitaux prêts à faire face à l'épidémie de grippe

Grippe : les services de santé prêts à faire face
Dr André de Caffarelli, médecin urgentiste; Christine Gamonet, directrice d'une maison de retraite; Jean-Claude Vignoli, président du foyer "Fratellanza" - France 3 Corse ViaStella  - Solange Graziani, Guillaume Leonetti

La grippe s’est installée en Corse, dernière région a être concernée par l'épidémie dont le pic devrait être atteint la semaine prochaine. L'Agence régionale de santé a organisé mercredi une réunion pour organiser la prise en charge hospitalière. 

Par France 3 Corse ViaStella

La Corse a été plus tardivement touchée par l’épidémie de grippe dont une partie du territoire, la côte orientale et l’extrême sud de l’île, reste encore en dessous du seuil épidémique (179 cas pour 100 000 habitants).

Le taux d’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimé à plus de 350 cas pour 100 000 habitants, dans un large quart nord-ouest de la Corse, du Cap Corse à Ajaccio.

Syndromes grippaux en nombre de cas pour 100 000 habitants (2017-S01) / © Réseau Sentinelles
Syndromes grippaux en nombre de cas pour 100 000 habitants (2017-S01) / © Réseau Sentinelles

Une réunion à la délégation départementale de Haute-Corse de l'Agence régionale de santé s'est tenue mercredi pour organiser la prise en charge des malades en cas d'affluence.

A l'hôpital de Bastia, l'accueil se fera au niveau des urgences et les patients qui nécessiteront une hospitalisation seront pris en charge dans une unité dédiée en pneumologie. 

L'hôpital de Bastia s'organise pour la grippe
Pascal Forcioli, directeur de l'hôpital de Bastia - France 3 Corse ViaStella

Cette saison de grippe s'annonce délicate avec le retour d'un virus de type A(H3N2), cousin de celui qui avait contribué il y a deux ans à une surmortalité de 18.000 personnes, rappelait dimanche Daniel Levy-Bruhl, responsable de l'unité infections respiratoires et vaccination à Santé Publique France.

Dans son bilan établi la semaine dernière, Santé Publique France avait souligné que les hospitalisations pour grippe concernaient essentiellement les personnes âgées et surtout les 80 ans et plus, qui représentaient 63% des hospitalisations.

Le A/H3N2 "est un virus particulièrement dangereux pour les sujets fragiles", selon Daniel Levy-Bruhl. "Dès qu'il a été identifié, nous avons su que l'impact serait fort" sur les personnes âgées.

Ce virus ne va généralement pas attaquer directement les poumons comme le ferait le H1N1, il va plutôt générer des complications chez les personnes affaiblies. Cela peut passer par une surinfection bactérienne, ou précipiter l'évolution de pathologies (insuffisances cardiaques, respiratoires ou même diabètes).

Sur le même sujet

Corse : tensions entre la justice et la police judiciaire, les précédents

Les + Lus