• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Gilles Simeoni ne se rendra pas à Cozzano pour la visite d’Emmanuel Macron

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, ne se rendra pas à Cozzano pour la visite d'Emmanuel Macron. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, ne se rendra pas à Cozzano pour la visite d'Emmanuel Macron. / © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Dans un communiqué, lundi 1er avril, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, a indiqué qu’il ne se rendra pas à Cozzano pour la visite d’Emmanuel Macron. Il voit notamment cet évènement comme « une nouvelle occasion manquée ». 

Par A.A / France 3 Corse ViaStella

« Une nouvelle occasion manquée ». C’est en ces termes que Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, voit la visite d’Emmanuel Macron à Cozzano le 4 avril prochain. Il ne se rendra donc pas dans le village où est attendu le chef de l’État

 


« Le dialogue entre la majorité territoriale et l’État est au point mort […] la dimension historique et politique de la question corse est totalement occultée. […] Cette situation de crise ne peut conduire qu’à la résurgence de la logique de conflit, et donc à une impasse, aussi bien pour la Corse que pour l’État », déplore Gilles Simeoni dans un communiqué publié ce lundi 1er avril. 


« Plus de frustration que de satisfaction » 


Le président du conseil exécutif de Corse s’inquiète que les questions spécifiques à l’île ne soient pas abordées lors de la réunion organisée entre le président de la République et les maires insulaires. « Le format risque de générer bien plus de frustration que de satisfaction. »

Dans le même temps, il rappelle que la majorité territoriale reste ouverte au dialogue. Et soutient que le « fait démocratique, tel qu’il s’est exprimé en décembre 2017, doit être pris en compte ». Un fait démocratique qui s’exprimera par la mobilisation populaire « Isula Morta ». « Une protestation symbolique qui doit témoigner massivement de notre refus de la situation actuelle », indique-t-il. 


 

Sur le même sujet

Pietranera : les secrets de la plage du Flenu

Les + Lus