Gilles Simeoni se rendra à Matignon le 2 juillet

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, se rendra à Matignon lundi 2 juillet pour une rencontre avec le Premier ministre, Édouard Philippe. / © Pascal Pochard-Casabianca/AFP
Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, se rendra à Matignon lundi 2 juillet pour une rencontre avec le Premier ministre, Édouard Philippe. / © Pascal Pochard-Casabianca/AFP

Le président de conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, se rendra à Matignon lundi 2 juillet où une rencontre avec le Premier ministre est prévue. Il précise dans un communiqué qu’à travers sa fonction sa « mission est de représenter tous les Corses. » 

Par A.A/France 3 Corse ViaStella

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, se rendra à Matignon le 2 juillet. Il y rencontrera le Premier ministre, Édouard Philippe, pour un échange qui doit clôturer le cycle de discussions initié au début du mois de janvier dernier. 

Le président du conseil exécutif a précisé ses intentions dans un communiqué. S’il répond présent, c’est que sa fonction lui donne la « mission de représenter la collectivité de Corse, et tous les Corses. » 

Plusieurs y abordera de nombreux sujets à commencer par la relation entre Paris et la Corse. « J’irai dire de vive voix […] que l’État, en choisissant de nier la dimension politique de la question corse et de mépriser l’expression du suffrage universel, commet une faute politique grave, et que cette attitude, si elle perdure, va nous conduire les uns et les autres à l’échec et à l’impasse », souligne Gilles Simeoni. Et reviendra également sur le projet d’article 72-5 relatif à l’inscription de la Corse dans la Constitution. 
 

Urgences sociales


Il compte également faire part des urgences économiques, sociales, foncières et culturelles que rencontrent les Corses dans leur quotidien et d'évoquer la question du rapprochement des prisonniers dits politiques et de leur amnistie. 

 


Il y a une semaine, Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse a annoncé qu’il ne se rendrait pas à Matignon. Il estime ne pas vouloir acquiescer la politique du mépris. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus