Hausse des prix des carburants : Michel Castellani interpelle la ministre des Transports 

Ce mardi 17 septembre, à l'Assemblée nationale, le député Michel Castellani a interpellé la ministre des Transports quant à la hausse des prix des carburants. / © Bertrand Charlet / AFP
Ce mardi 17 septembre, à l'Assemblée nationale, le député Michel Castellani a interpellé la ministre des Transports quant à la hausse des prix des carburants. / © Bertrand Charlet / AFP

Ce mardi 17 septembre, le député de Haute-Corse, Michel Castellani a interpellé la ministre des Transports, à l’Assemblée nationale quant à la hausse des prix des carburants suite à l’attaque d’installations pétrolières en Arabie-Saoudite samedi dernier. 

Par A.A. avec AFP

Michel Castellani, député de Haute-Corse, a interpellé le ministre des Transports, ce mardi 17 septembre, à l’Assemblée nationale quant à la hausse des prix des carburants suite à l’attaque d’installation pétrolière en Arabie Saoudite

Ainsi, les professionnels du secteur ont évoqué, lundi, une hausse comprise entre 4 et 5 centimes du litre d’essence. « [cette augmentation] Pose directement la question de la politique alternative aux énergies fossiles. Elle touche tous les citoyens et plus encore les plus modestes qui n’ont d’autre solution que la voiture individuelle », soutient Michel Castellani. 

Le député de Haute-Corse demande : « Envisagez-vous un nouveau gel de la taxe carbone en 2020 ? Comment entendez-vous aider les Français à faire face à l’augmentation des prix à la pompe ? Quelle politique entendez-vous suivre en matière d’énergie renouvelable ? »

 


Par la même occasion, Michel Castellani évoque le cas corse et réclame de "l'État un engagement pour plus de transparence sur les conditions de distribution [en Corse] et éventuellement une initiative à ce sujet."

 
 

« Le gouvernement appelle les pétroliers à la modération »



Le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, rappelle, dans sa réponse, que le « gouvernement appelle les pétroliers à la modération. » Et soutient que l’État reste vigilant sur l’augmentation du prix du carburant.

Jean-Baptiste Djebbari évoque trois piliers d’action du gouvernement en la matière : « L’implication de la France pour la stabilité de la région du Moyen-Orient ; des mesures de soutien au pouvoir d’achat des Français ; une ambition forte du point de vue écologique. »

Samedi, les attaques de l’usine d’Abqaiq et du gisement de Khurais, dans l’est de l’Arabie Saoudite, ont entraîné une chute de moitié de la production saoudienne, à hauteur de 5,7 millions de barils par jour, soit environ 6 % de l’approvisionnement mondial. 

Les conséquences de cette chute de production ont été ressenties dès lundi. Le cours du Brent de la mer du Nord, référence sur le marché mondial, ont bondi de plus de 14.6 %, à 69,02 dollars, la plus forte progression depuis la création de ce contrat en 1988. 

 

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus