• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Janvier 1980 : l'affaire Bastelica-Fesch ensanglante la Corse

Avec au total trois morts et plusieurs blessés graves, l'affaire Bastelica-Fesch résonne dans la mémoire comme l'un des conflits les plus violents de la Corse.
C'est dans ce climat de tension que la guerre secrète entre les "barbouzes" et le F.L.N.C est mis en lumière.

 

Par Lionel Luciani

Le 6 janvier 1980 un commando de 3 hommes armés a pour objectif de kidnapper ou d’assassiner un militant nationaliste.
Tout est prévu et l’action se déroulera à Bastelica, village d’origine de la cible.

Les assaillants appartiennent au groupe FRANCIA. Cette organisation clandestine anti-autonomiste a déjà commis plusieurs attentats.
Cette fois-ci, la cible est Marcel Lorenzoni militant nationaliste de la première heure, déjà présent lors des évènements d’Aleria de 1975

En fin de matinée ils traversent le village. Pas de Marcel Lorenzoni à l’horizon, l’opération est reportée.
C’est alors qu’une trentaine d’hommes encerclent le véhicule.

Les trois membres de FRANCIA sont interceptés.


L’intrappulati


I trè omi di issu commando sò ricunnisciuti subitu.
U prima Alain Olliel hà 35 anni è hè armaghjolu in Aiacciu.
U secondu si chjama Yannick Leonelli, una trentina d’anni.

Per ciò chì tocca à u capu di st’operazione, hè u cumandante Pierre Bertolini. À 55 anni hà passatu a mità di a so vita ingagiatu in l’armata. À l’epica hè suspitatu d’esse unu di i capimachji di u gruppu armatu FRANCIA.
Hè cunsideratu cume un attore maiò di a guerra sicreta trà e forze dette « barbouzes » è u FLNC.
Un annu nanzu, a persu una gamba mentre un attentatu.

Una volta chjappati, ùn ci hè più nisun dubbitu. In stacca di Alain Olliel i naziunalisti buscanu una carta di membre di u RPR è di u Serviziu d'azzione civicu (S.A.C) ciò chì palesa una certa leia trà e strutture pulitiche è l'armata sicreta di FRANCIA.
 
Commandant Pierre Bertolini/
Yannick Leonelli/
Alain Olliel / © France 3 Corse
Commandant Pierre Bertolini/ Yannick Leonelli/ Alain Olliel / © France 3 Corse




Da Bastelica à Aiacciu


U fattu si stà chì prestu, u paese di Bastelica hè chjosu da a pulizza.
U lindumane e forze armate sò di più in più numerosi è a tensione colla.
Ùn ci hè manera di stabilisce un dialogu cù l’autonumisti.
A notte hè corta, da pudè parassi d’un prossimu assaltu, Marcel Lorenzoni è i soi falanu à sette vitture nantu à strada d’Aiacciu, sin’à l’Hotel Fesch.

 

À l'agrottu di l'Hotel Fesch


Bastelica-Fesch era nata. Scambiendu di locu, l’azzione hè cresciuta in impurtenza è avà l’affari sò in francesi.
Una decina di clienti sò ritenuti nentru.

U carrughju Fesch hè sottu pressione è diventa locu di manifestazione.
U putere publicu prova di scioglie a situazione. Parechje delegazione  si spiazzanu à u cuntattu di i Bastergacci. Frà e quale : u merre d’Aiacciu Charles Ornano ò Edmond Simeoni  rispunsevule, tandu, di l’Unione di u populu corsu (UPC).

Nisun soluzione hè trova. A notte aiaccina cambia di visu è diventa testimonia di baruffe trà a pulizza è i manifestanti.

A cunfusione hà guadagnatu a cità sana. Per appacià l'azzuffi, l'autonumisti cappianu qualchì clientu.

Malgratu què, un CRS hè statu tombu. Di più, duie personne mentre un cuntrollu di vittura sò morti, tombi da e forze di pulizze

U gruppu di i bastergacci piglia a decisione di rendesi à l'autorità, ciò chì stampa a fine di guasgi una simana di cunflittu. Unu di i più viulenti di a storia pulitica corsa.
 
Janvier 1980 : l'affaire Bastelica-Fesch
Intervenants - Edmond Simeoni, Commandant Pierre Bertolini, membre du commando de FRANCIA Equipe - Lionel Luciani, Archives France 3 Corse, Julien Castelli

 

U prucessu

 Au lendemain des événements des manifestations sont organisées et l'initiative Isula Morta est appliquée.  Depuis la reddition jusqu'au procès les actions symboliques se multiplient.
Certains décident d'entamer une grève de la faim, elle durera 56 jours jusqu'au procès.

C'est dans cette ambiance que l'audience débute le 14 janvier 1981.

Dans le cadre de l'enquête 60 personnes sont arrêtés. 46 d'entre elles bénéficieront d'un non-lieu.

Les principaux accusés, Marcel Lorenzoni, Dominique Bianchi et Paul Cortinchi sont condamnés à quatre ans d'emprisonnement.

Sur le même sujet

Précarité : réunion entre la préfète de Corse et les associations

Les + Lus