• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La lettre interne à LREM en Corse qui fait du bruit

Une lettre interne a été envoyée à certains membre de LREM en Corse. / © France 3 Corse Via Stella
Une lettre interne a été envoyée à certains membre de LREM en Corse. / © France 3 Corse Via Stella

Une lettre interne écrite par Marc Ferracci, membre de la République en Marche et proche d'Emmanuel Macron, a été envoyée à une dizaine de marcheurs dont les élus du groupe "Andà per dumane", groupe représentant le parti présentiel à l'assemblée de Corse.
France 3 Corse a pu se la procurer.

Par Jean-André Marchiani

Les divergences entre militants, représentants du mouvement de la République en Marche et les élus inquiètent les proches d’Emmanuel Macron.

Du moins c’est ce que révèle un courrier de Marc Ferracci, membre de la République en Marche et conseiller spécial auprès de la ministre du travail Muriel Pénicault. Il est aussi le fils de Pierre Ferracci, dont les villas construites dans un espace naturel avaient defrayé la chronique il y a plusieurs mois.

Cette lettre, adressée à certains membres de LREM en Corse (les six élus du groupe "Andà per Dumane", le référent du parti pour la Corse et quelques personnalités) les invite a se mettre autour d'une table pour définir une stratégie commune.


"...je vous propose de participer la semaine prochaine à une réunion qui aurait vocation à définir l’organisation, le calendrier et la méthode de ce travail programmatique. Je vous proposerai dans les prochains jours un ordre du jour plus détaillé pour faciliter les discussions."



Mais ce courier appelé à rassembler n’a pas vraiment atteint son objectif.

En effet, son auteur insiste sur des points clés comme l'autonomie défendus notamment par les élus :


"...récemment lors du débat qui a eu lieu à Cozzano, le Président de la République a assumé l’idée d’une autonomie de la Corse dans la République. Cette idée, chacun d’entre nous y est, je pense, attaché. Pour autant, chacun ne met pas nécessairement dans la notion d’autonomie la même chose. Que l’on parle de fiscalité, d’urbanisme, d’enseignement de la langue corse ou encore de politique sociale, il convient de préciser la portée que l’on donne à l’autonomie souhaitée pour la collectivité territoriale, et ce faisant de clarifier la doctrine portée par le mouvement LREM en Corse."

Ces mots les représentants corses du mouvement ne les ont pas tous entendus.

 

"Les angles morts" du discours d'Emmanuel Macron 



Marc Ferracci pointe "les angles morts" et les "ambiguïtés" du discours présidentiel qui "laisse un certain loisir aux acteurs pour construire leur propre vision"

Si ce courrier appelle donc à une réunion de tous les principaux acteurs de LREM en Corse, la lettre, elle, n'est pas officielle.
Et son auteur, joint par téléphone qui dit être mandaté par le parti, n'a pourtant aucune fonction dans l'exécutif du parti présidentiel. 

Mais alors quel est l'intérêt véritable de cette lettre ?

Fédérer les forces du parti en Corse ?
Préparer les futures échéances électorales ?

Certains marcheurs, eux aussi contactés par téléphone, se posent des questions sur les réelles motivations de Marc Ferracci.

Toujours est-il que les idées mises en avant dans cette lettre se rapprochent de celles de Jean-Charles Orsucci, maire de Bonifacio et président du groupe "Andà per Dumane" à l'assemblée de Corse. Joint par téléphone, il explique :

"LREM est un mouvement qui de base, est fait pour tenir sur deux jambes ; la Droite et la Gauche. Comme dans la famille nationaliste ou dans la Droite, il est normale d'y voir différentes tendances. [...] Il y a donc bien sûr un travail à faire sur LREM pour être efficace en tant que mouvement.
La volonté de cette lettre, d'organiser des réunions sur l'ensemble du territoire même en Corse, c'est bien qu'on puisse le faire."



Selon nos informations, la réunions ne devrait finalement pas se tenir la semaine prochaine.

La stratégie de la République en Marche en Corse semble encore piétiner.


Lire l'intégralité de la lettre : 

 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus