Livre : « Corse 2.0 » propose de réfléchir sur l’avenir de l’île à l’heure du numérique 

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Corse ViaStella

À l'heure du numérique et des réseaux sociaux, quel avenir pour la Corse ? C'est l'exercice de style proposé à huit auteurs et à découvrir dans un ouvrage intitulé « Corse 2.0 ».

« Que faire? » de Robert Colonna d'Istria ouvre Corse 2.0. S'il est question de pointer l'impuissance du pouvoir politique, tout en soulignant les contradictions de chacun dans le monde d'aujourd'hui, à travers des thèmes comme l'exil, la solitude des villages, ou encore la question de sa propre existence, il a fallu un ton pour relier le travail des huit auteurs.



« J’avais trouvé sympathique de réunir un certain nombres d’auteurs pour parler de la Corse demain, de la Corse dans l’avenir, de la Corse telle qu’elle pourrait être à l’heure d’Internet où les gens sont à la fois sur place et déjà ailleurs. Chacun est sur son écran, son téléphone, son ordinateur en relation avec le reste du monde et a recours à des technologies très différentes par rapport à celles que l’on connaît traditionnellement », explique Robert Colonna d’Istria. 

 

« Je me suis permis une fantaisie littéraire »



Avec « Le vertige des Hommes », Dominique Memmi, auteure de plusieurs romans et d'albums jeunesse, ne s'est rien interdit.

 




« Ce qui était intéressant, c’est la totale liberté d’écriture. Je me suis permis une sorte de fantaisie littéraire. Je crois que le côté burlesque permet beaucoup de choses et a permis de centraliser cette île. Ce sont les femmes qui vont finir par s’emparer de l’île », indique-t-elle. 



Philippe Franchini, Ange-Marie Mezzadri, Catherine Siguret, Béatrice Guéna, Thierry Ottaviani et Jacques Mondoloni, qui a coordonné l'ouvrage, sont les autres auteurs de Corse 2.0.





 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité