Lutte antimafia : rencontre entre Gilles Simeoni et le maire de Palerme

Gilles Simeoni,président du conseil exécutif de Corse et Leoluca Orlando, maire de Palerme. / © Florence Antomarchi / France 3 Corse ViaStella
Gilles Simeoni,président du conseil exécutif de Corse et Leoluca Orlando, maire de Palerme. / © Florence Antomarchi / France 3 Corse ViaStella

Présent à Palerme à l'occasion de la 47ème assemblée générale de la CRPM, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, s'est entretenu ce 17 octobre avec Leoluca Orlando, maire de la ville et figure de la lutte contre la mafia.

Par Axelle Bouschon avec Stéphane Agostini et Florence Antomarchi

Sol marbré, moulures au plafond et élégant chandelier, la superbe mairie de Palerme, en Italie, n'a pas manqué de séduire Gilles Simeoni, ce jeudi 17 octobre.

La visite du président du conseil exécutif de Corse n'était pas pour autant touristique : s'il est ici ce jeudi, c'est pour assister à la 47ème assemblée générale de la CRPM, ou conférence des régions périphériques maritimes, accueillie par la ville sicilienne. la ville sicilienne accueille cette année la 47ème assemblée générale de la CRPM, .
Lutte antimafia : rencontre entre Gilles Simeoni et le maire de Palerme
Intervenants - Leoluca Orlando, maire de Palerme // Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse Equipe - Florence Antomarchi / Stéphane Agostini

Et en sa qualité de président de la Commission des Iles de la CRPM, Gilles Simeoni s'est entretenu ce matin, conjointement avec la commission des îles, sur la nécessité de la "prise en compte de l'insularité par l'Union européenne".
 

Mais une fois la séance levée pour la journée, c'est vers un interlocuteur bien particulier que l'élu Corse a choisi de se tourner : Leoluca Orlando. Membre du Parti démocrate italien, député au Parlement européen, et maire de Palerme à trois reprises (1985-1990 ; 1993-2000 ; 2012 à aujourd'hui), il est l'un des principaux personnages de la sphère politique sicilienne.
 

Lutte antimafia


Ce qui a longtemps été le principal cheval de bataille du maire de Palerme ? Son engagement dans la lutte contre la mafia.
Il est par ailleurs le premier maire à s'être porté partie civile dans un procès antimafia.

Un combat qui intéresse particulièrement le chef de l'exécutif Corse, confiait-il ainsi à France 3 Corse ViaStella peu avant sa rencontre avec le maire de Palerme.
 
Gilles Simeoni et Leoluca Orlando se sont entretenus pendant une heure sur la lutte antimafia en marge de la CRPM, ce jeudi 17 octobre. / © Florence Antomarchi / France 3 Corse ViaStella
Gilles Simeoni et Leoluca Orlando se sont entretenus pendant une heure sur la lutte antimafia en marge de la CRPM, ce jeudi 17 octobre. / © Florence Antomarchi / France 3 Corse ViaStella

Les deux hommes se sont finalement entretenus pendant une heure. Une discussion qui a majoritairement porté sur les conditions d'existence la mafia et les moyens nécessaires pour la combattre, mais qui s'est également arrêté sur l'histoire méditérranéenne partagée de la Corse et de la Sicile, et sur les questions d'immigration. 

Car Leoluca Orlando fait presque figure d'ovni politique. Ses positions d'accueil et d'ouverture migratoire, à contre-courant avec celles communément entendues en Italie comme en Europe, il les revendiquent haut et fort depuis plusieurs années. Très investi dans cette problématique, le maire de Palerme n'à pas hésité pointer du doigt à plusieurs reprises ce qu'il considère comme une "l'insensibilité" européenne.
 
Gilles Simeoni signe le livre d'or de la mairie de Palerme au sortir de son entretien avec le maire, Leoluca Orlando / © Florence Antomarchi - Stéphane Agostini / France 3 Corse ViaStella
Gilles Simeoni signe le livre d'or de la mairie de Palerme au sortir de son entretien avec le maire, Leoluca Orlando / © Florence Antomarchi - Stéphane Agostini / France 3 Corse ViaStella

Au sortir de cet entretien, Gilles Simeoni a expliqué à notre équipe se sentir "impressionné" par cette rencontre, aussi "intellectuelle que politique".

Reste à connaître, désormais, les potentielles suites engendrées par cet échange d'idées.
 

Spécificités insulaires


Créée en 1973, la CRPM, ou la conférence des régions périphériques maritimes, organise cette année sa 47ème assemblée générale, du 16 au 18 octobre, à Palerme (Italie).

Réunissant quelque 160 régions issues de 25 Etats - soit près de 200 millions de citoyens - la CRPM veut peser dans "toutes les politiques ayant un fort impact territorial".

Cette année, 250 personnalités politiques - élus régionaux, députés européens ou encore ministres d'Etat - ont répondu présent.

Objectif : assurer un "développement plus équilibré du territoire européens". Et faire en sorte de peser sur les négociations du prochain budget européen, surtout, alors qu'une baisse des fonds structurels de 7% est annoncée. 
 

Un sommet d'autant plus important pour les élus corses, qui regrettent la baisse des fonds alloués par le budget européens à l'île de beauté. Ainsi, sur la période 2014 à 2021, la Corse s'est vu attribuer un montant de 275 millions d'euros.

Soit presque 40 millions d'euros par an. Une somme certes conséquente, mais qui est inférieure de 3 millions par an par rapport aux budgets antérieurs.


 

Sur le même sujet

François-Frédéric Navarra vainqueur de la 16e édition du rallye du Nebbiu

Les + Lus