Marie-Charlotte Pinelli, 20 ans, viticultrice

C’est l’histoire d’une jeune femme de 20 ans, Marie-Charlotte Pinelli, qui a décidé de lâcher ses études d’architecture pour se lancer dans la viticulture en Corse. Ses mots d’ordre : extravagance et tradition.

Par France 3 Corse ViaStella

Marquer chaque bouteille du sceau de son domaine c’est l’activité hivernale favorite de cette jeune vigneronne. Chacune des 4 000 bouteilles de sa production passe ainsi entre ses mains.

Car refuser d’y apposer une étiquette traditionnelle était un pari. « Au début ils me disaient : ‘mais vous devriez mettre une étiquette, nous on ne va pas les vendre.’ Et au final ils les vendaient mieux qu’avec une étiquette. Et finalement c’est vrai parce qu’on doit croire que c’est un produit extravagant », indique Marie-Charlotte Pinelli, viticultrice.

Extravagant, l’adjectif convient bien à Marie-Charlotte Pinelli. Sur les réseaux sociaux, la jeune femme de 20 ans préfère les plats généreux aux selfies. Ses vignes se trouvent en plein cœur de l’appellation Patrimonio.

Marie-Charlotte Pinelli, 20 ans, viticultrice
Intervenants : Marie-Charlotte Pinelli Viticultrice ; François Pinelli Chef d'entreprise ; Nicolas Mariotti Viticulteur. Reportage : LEONI Delphine ; CAPPAI-SQUARCINI Jennifer.

« La fierté d’être en Corse »


En septembre, au moment des vendanges, Marie-Charlotte Pinelli dirige la main d’œuvre. « Ça c’est du muscat petit grain qui nous permet de faire notre muscat. S’il est flétri comme ça c’est qu’il est à très bonne maturité pour qu’il y ait le degré d’alcool voulu et la quantité de sucre également », indique-t-elle.

Originaire de la région, Marie-Charlotte Pinelli a décidé il y a trois ans de plaquer des études d’architecte à Paris pour faire du vin. « Les jeunes ils sont là : ‘Olala il faut que je parte faire le tour du monde.’ Ils sont avides de découvrir. Je suis un petit peu partie à la découverte du monde et je me suis dit fait les choses calmement et crée un projet de vie. Et après il y a aussi la fierté d’être en Corse et d’exploiter son patrimoine », souligne-t-elle

Il faut dire qu’elle avait quelques atouts pour tenter l’aventure. D’abord des terres familiales entre les Agriates et Saint-Florent. Son grand-père, vigneron, les exploitait jusqu’à la fin des années 1990. Son père est patron d’une entreprise agricole a décidé de la soutenir dans son projet. « Elle avait ça en tête. Elle avait le souvenir des dernières vinifications de mon père à la fin des années 1990 et c’était ancré en elle aussi. Moi ça m’a fait plaisir bien sûr », livre-t-il.

Le domaine Pinelli est né en produisant du Muscat. Une boisson de grand-mère pour laquelle la toute jeune vigneronne s’est passionnée.


Sur le même sujet

ITW- irruption du STC dans les locaux de l'office public de l'habitat de Haute-Corse

Les + Lus